Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Projets

Défi relevé pour un chantier plus ardu que prévu

DUCHENE-06.2021-VIVALIA-VIRTON-6553
Les premiers résidents de la MRS Vivalia « Les Oliviers » ont investi le nouveau lieu de vie le 30 juin 2021.

Texte | Philippe Selke

Photos | Lauriane Genart – Duchêne

17 mai 2022 Temps de lecture 7 minutes

Partager cet article

Le 23 juin 2021 était inaugurée à côté de la Clinique Edmond-Jacques à Virton la Résidence des Oliviers, une MRS de Vivalia comptant 90 lits et 10 places de jour. L’établissement, d’une superficie brute de 6000 m2 sur 4 niveaux, aura nécessité deux ans de travaux menés par les entreprises Duchêne et Moury. Une belle réalisation, qui a mis à l’épreuve les capacités d’organisation et d’adaptation des entrepreneurs.

La nouvelle maison de repos et de soins a été conçue en liaison avec la clinique Edmond-Jacques.

En tant que conducteur de chantier pour Duchêne, Jonathan Grevesse était chargé du gros-œuvre fermé et des abords, même s’il a ensuite donné un coup de main à son homologue chez Moury pour les parachèvements.  

Gérer les imprévus

Au regard du calendrier, on aurait pu croire le corona­virus responsable du retard encouru pour ce chantier prévu à l’origine sur 450 jours ouvrables. Il n’en est rien, puisque seul le premier confinement a entraîné un arrêt d’un mois. Dès le début des travaux cependant, ce fut la découverte et l’évacuation de plusieurs milliers de m3 de terres polluées aux hydrocarbures et au cyanure.    “

Ensuite, c’est la réno­vation d’une partie de la clinique existante qui a posé problème. Jonathan Grevesse : « Quand nous avons commencé à retirer les plafonds, nous nous sommes rendu compte que la structure du bâtiment était très endommagée au niveau des dalles, les armatures étant même visibles à certains endroits. Il nous fallait donc procéder au renforcement des structures puis au traitement des bétons par gunitage d’un micro-mortier puis flocage de PROMASPRAY pour assurer la protection RF. Une méthode dictée par la capacité portante de la dalle, qui ne permettait pas de recharger trop de béton pour obtenir l’enrobage souhaité d’une part, et par les hauteurs limitées des plafonds d’autre part. » 

Les chambres sont spacieuses et, pour la plupart, individuelles.

Un combat avec l’eau

131 tonnes d’acier, 2500 m³ de béton, 1450 m² de crépi, 1450 m² de bardage bois… Derrière les chiffres, il y a des hommes, qui ont travaillé dur pour faire de ces matériaux un bâtiment fonctionnel et esthétique. Duchêne a travaillé essentiellement avec des sous-traitants. Le gros défi fut donc de coordonner l’ensemble de ceux-ci afin de les faire intervenir au bon moment, en espérant qu’un petit grain de sable ne vienne pas enrayer la mécanique. Mais ce fut plutôt l’eau qui est venue gêner les travaux, le chantier étant situé au point le plus bas du village de Saint-Mard, dans une cuvette.  « Toute la partie gros-œuvre fut un combat avec l’eau. L’idée de départ était d’excaver la plateforme pour implanter les pieux et puis seulement faire un rabattement de nappe. Mais nous avons percé une poche d’eau dès les premiers coups de godet. De grosses pompes fonctionnant 24 heures/24 ont alors été mises en action pour tenter de maintenir le fond de coffre au sec. Une fois le radier coulé, nous avons vite monté un étage pour contrer la poussée très forte de l’eau. Le rabattement n’étant plus présent, nous avons galéré pour placer les citernes pour les pompiers et celles pour la récupération des eaux de pluie. » 

La nouvelle MRS répond entièrement aux nouvelles normes afin d’assurer un bien-être, un confort et une sécurité optimum aux résidents.

La satisfaction du travail accompli

C’est donc avec soulagement et satisfaction que les entrepreneurs ont achevé leur travail. Grâce à la qualité de l’équipe, Virton compte désormais une MRS de belle taille, saluée par tous, dont les façades en crépi et bois ne dénaturent pas dans le paysage gaumais. Vivalia a déjà en projet de l’agrandir d’une trentaine de lits grâce à une connexion à établir avec la clinique existante, la maison de repos et de soins ayant été construite en respectant les niveaux de plancher respectifs. Pour Duchêne, il s’agissait là du premier projet pour Vivalia, mais certainement pas le dernier puisque le maître d’ouvrage lui a d’ores et déjà confié d’autres chantiers.  

Grâce au bardage bois, même l’escalier extérieur de secours a une allure architecturale.
Fiche technique
  • Maître d’ouvrage Vivalia Architectes Etau, DDV et Altema+
  • Entreprises générales Duchêne (Groupe Eiffage) et Moury-Contruct
Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Olivia Castelein

Chef D’édition

Envie de découvrir nos formules de partenariat ? Je serais heureuse d'en parler avec vous.

0%

    Envoie-nous un message