Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Construction

Démolir des routes en béton en toute sécurité en utilisant la méthode d’éclatement hydraulique

img_0703-kopieren

3 avril 2019 Temps de lecture 6 minutes

Partager cet article

Demeurer les bras croisés est le plus sûr moyen pour ne pas avancer. Ils l’ont très bien compris chez Zabo. Zabo est synonyme de sciage et de forage dans le béton. Toutefois, l’entrepreneur de Courtrai dispose désormais d’une gamme de services beaucoup plus large. Zabo a récemment acheté de nouvelles machines pour la démolition de routes en béton. Ces éclateurs hydrauliques permettent de démolir sans chocs ou vibrations, donc sans endommager des bâtiments environnants ou des tuyaux souterrains.

Zabo a été fondée en 1982 avec quelques machines et un entrepôt de 50 m² par Arnold Clinckemaillie, père de l’administrateur délégué actuel David Clinckemaillie. En 1999, David Clinckemaillie a repris le flambeau. La société emploie actuellement plus de 35 employés et dispose d’un bâtiment de 3000 m²
dans le parc industriel Pottelberg à Marke (Courtrai).

À l’étranger

« Grâce à nos années d’expérience, nous pouvons trouver toute une série de solutions à des problèmes parfois très spécifiques », déclare David Clinckemaillie. « Cela commence par le sciage et le forage, mais également par le traitement des surfaces en béton et l’application des techniques les plus récentes. Parce que nous avons toujours opté pour des équipements modernes et de qualité, nous sommes en mesure de gérer tous les projets majeurs de notre secteur en Flandre et en Wallonie. Mais nous suivons également nos clients à l’étranger s’ils le demandent ». Zabo peut également travailler facilement sur des chantiers de construction où, par exemple, il n’y a ni eau ni électricité à disposition. « Nous avons nos propres installations d’eau et d’électricité. Chaque véhicule dispose également de suffisamment de matériel de rechange pour que le travail puisse continuer si une machine tombe en panne »,
promet le responsable.

Travaux d’infrastructure

L’activité principale de Zabo est le sciage et le forage de béton pour les travaux de terrassement et les travaux routiers. « Nous forons des trous d’un diamètre allant jusqu’à 1 000 mm, par exemple des conduits d’égout, des conduits en béton sur les puits récepteurs et dans les collecteurs. Nous collons également des tiges filetées et des tiges de renforcement de différents diamètres et profondeurs. Nous pouvons également placer des ancrages nous-mêmes. L’année dernière, nous avons ajouté une série de techniques spécifiques aux travaux d’infrastructure. Une première technique, le scellement, consiste à placer des goujons afin de renforcer les sols et routes en béton en les connectant parfaitement. Cette technique est également souvent utilisée pour construire ou réparer des parkings et des sols commerciaux », déclare David Clinckemaillie.

Routes en béton

Une deuxième nouvelle technique est l’éclatement hydraulique des routes en béton. « Les presses à éclatement hydraulique existent déjà depuis un certain temps, mais nous l’appliquons maintenant aux routes en béton. L’éclatement est effectué avec les mêmes machines que le fractionnement. Nous forons plusieurs trous selon un modèle spécifique et fissurons ensuite le béton à partir des trous en éclatant le béton sans causer de grandes vibrations. Beaucoup d’essais précèdent la mise en œuvre, afin d’éliminer les problèmes techniques. Je suis convaincu que l’éclatement hydraulique du béton est la technique de l’avenir. Il offre de nombreux avantages par rapport aux techniques classiques qui causent d’énormes vibrations en cassant le béton. Ces techniques occasionnent souvent des dommages aux habitations situées le long de la route. L’éclatement hydraulique du béton ne cause aucun dommage aux bâtiments environnants ni aux canalisations souterraines », conclut David Clinckemaillie.

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Olivia Castelein

Chef D’édition

Envie de découvrir nos formules de partenariat ? Je serais heureuse d'en parler avec vous.

0%

    Envoie-nous un message