Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Projets

Des bureaux qui donnent envie de retourner sur son lieu de travail

JA92291
Le bâtiment tout juste inauguré, avec à l’arrière le développement résidentiel construit également par Thomas & Piron et à l’extrême gauche, le siège d’Atradius. La dent creuse est destinée au futur bâtiment B-C.

Texte | Philippe Selke

Photos | K-pture (Dorian Lohse)

4 mars 2022 Temps de lecture 11 minutes

Partager cet article

Fin septembre 2021 a été inauguré à Jambes le second immeuble de bureaux du projet Aquilis, développé par Eaglestone et construit par Thomas & Piron Bâtiment. Cinq plateaux d’environ 1000 m² hautement qualitatifs, à l’image de ce que le développeur et l’entrepreneur ont l’habitude de livrer, pour redonner aux employés l’envie de réintégrer leurs bureaux après une longue période de télétravail forcé.

La flexibilité des plateaux permet à chaque occupant d’aménager selon ses goûts. Le bureau d’étude CSD Ingénieurs-Conseils fut le premier à prendre ses quartiers dans l’immeuble. Les aménagements intérieurs ont été réalisés par Buroconcept.

L’histoire d’Aquilis remonte à 2012 déjà, lorsque Eaglestone achète un vaste terrain stratégique­ment situé le long de l’avenue du Prince de Liège à Jambes, au départ pour y développer le nouveau siège d’Atradius. Convaincu par le potentiel du site, le promoteur le développe en y prévoyant une partie résidentielle à l’arrière, pour une meilleure intégration dans le bâti existant. Sophie Lambrighs, CEO d’Eagle­stone Belgique : « A l’époque, Eaglestone ne développait pas encore du résidentiel en dehors de Bruxelles et nous avons donc cédé cette partie à Thomas & Piron Bâtiment, qui est ainsi devenu un partenaire de longue date sur ce projet ». Pour la partie bureaux, le promoteur bruxellois voulait faire profiter le quartier et les futurs occupants de ce qui fait son ADN : qualité architecturale, qualité technique, intégration artistique, … et proposer des bureaux plus contemporains que ceux qui existaient à l’époque à Namur. 

Du dernier étage, on profite d’une superbe vue sur Namur et les grues marquant les chantiers en cours, dont une grande partie sont menés par Thomas & Piron Bâtiment.

La qualité comme marque de fabrique

Après le siège d’Atradius (bâtiment D), déve­loppé à la demande du client, l’intention était de compléter l’ensemble avec deux autres immeubles de bureaux. Le premier (le A) vient donc d’être livré. Sophie Lambrighs : « Nous avons lancé sa construction en le destinant à plusieurs occupants différents. Entre-temps, la pandémie est passée par là, freinant l’enthousiasme du marché. Mais nous constatons à présent que les gens qui réintègrent leur bureau après avoir goûté au télétravail ont beaucoup de mal à se retrouver dans des espaces de travail obsolètes et que, du coup, l’attrait pour les immeubles neufs s’est accru. »

Le télétravail forcé a accru l’attrait pour les immeubles neufs, dans lesquels sont mis en pratique les principes du ‘New way of working’.

Le bureau d’étude CSD Ingénieurs-Conseils fut parmi les premiers intéressés et est entré dans le bâtiment avant même qu’il ne soit complètement achevé. L’aménagement du plateau qu’a réalisé Buroconcept pour ce premier locataire illustre bien la flexibilité des espaces, qui permet toutes les configurations, même les plus actuelles liées au New way of working. Fidèle à ses valeurs, Eaglestone a livré, avec ses partenaires Thomas & Piron Bâtiment et DDS+, une belle qualité architecturale et technique (BREEAM Very Good), rehaussée dans le hall d’entrée par une fresque murale réalisée par le collectif artistique namurois Drash.

Le développement du site ne sera toutefois achevé qu’avec la construction du bâtiment B-C, d’une taille comparable au siège d’Atradius et deux fois plus grand que le bâtiment A. Les discussions sont en cours et la qualité, notamment technique, sera encore élevée d’un cran pour correspondre aux exigences des futurs occupants.

Comme à son habitude, Eaglestone a intégré dans le hall d’entrée une œuvre d’art, réalisée ici par le collectif artistique namurois Drash.

Un entrepreneur en terrain connu

Thomas & Piron Bâtiment a construit le bâti­ment A en parallèle à un autre de ses chantiers importants sur Namur : le siège wallon de Belfius près de la gare. Principe constructif (structure préfabriquée en béton précontraint) et techniques sont fort similaires.   “

Les équipes internes de l’entreprise et certains sous-traitants ont d’ailleurs enchaîné les deux chantiers. Comme l’explique Xavier Maranzan, gestionnaire de chantier du projet pour Thomas & Piron Bâtiment, l’entrepreneur était en terrain connu, pour plusieurs raisons : « Nos partenaires sur le projet n’étaient pas des inconnus. Avec les architectes de DDS+, nous avions réalisé la partie résidentielle à l’arrière du site. Et pour la stabilité, le bureau études Pirnay était déjà l’un de nos partenaires réguliers. Quand on a déjà travaillé ensemble et qu’une relation de confiance a été créée, on sait ce que les entreprises attendent de nous. Cela permet une plus grande réactivité ». D’autre part, le site lui-même et ses contraintes étaient familiers de l’entrepreneur, qui venait d’achever la construction de la partie résidentielle. Celle-ci avait notamment nécessité un rabatte­ment de nappe, et les installations mises en place à cette occasion ont pu être réutilisées pour le bâtiment A. Ce qui a permis de terrasser sans délai. Enfin, les équipes de Thomas & Piron maîtrisent parfaitement les différentes techniques mises en œuvre. C’est par exemple le cas des techniques de parachèvement comme les faux-planchers, propres aux immeubles de bureaux, mais également de celles pour l’HVAC, comme les plafonds rayonnants, également mis en œuvre pour le siège de Belfius. Xavier Maranzan : « Pour Aquilis, comme pour la majorité de nos projets, nous avons travaillé en grande partie avec de la main d’œuvre propre. La diversité des métiers représentés au sein de l’entreprise nous le permet, ce qui offre une grande flexibilité ».

Étages de grande hauteur, vitrages sol-plafond, recherche dans la façade, … la qualité livrée est déjà visible de l’extérieur.

Malgré les péripéties de chantier (dont une période d’arrêt complet de plus d’un mois) dues à la pandémie de COVID, le délai global, prévu sur 17 ou 18 mois, a pu être respecté à quelques semaines près, ce qui témoigne de l’efficacité de l’entrepreneur basé à Wierde. Sophie Lambrighs : « Notre expérience avec eux fut excellente ». On croise donc les doigts pour que Thomas & Piron puisse rester en terrain connu jusqu’au bout en menant à bien la construction du futur bâtiment B-C… 

Fiche technique
  • Maître d’ouvrage Eaglestone
  • Partenaire et entreprise générale Thomas & Piron Bâtiment
  • Architecte DDS+
Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Olivia Castelein

Chef D’édition

Envie de découvrir nos formules de partenariat ? Je serais heureuse d'en parler avec vous.

0%

    Envoie-nous un message