Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Durabilité : une vague réglementaire européenne à intégrer dans le secteur de la construction
De nouvelles législations européennes auront un impact significatif sur les projets de construction de toute nature dans les années à venir.

Durabilité : une vague réglementaire européenne à intégrer dans le secteur de la construction

Les enjeux du changement climatique et de la durabilité restent pleinement d’actualité en 2023, et se trouvent renforcés par les évènements géopolitiques, sanitaires et économiques récents. La succession d’inondations et de sécheresses, les prix record de l’énergie et les pénuries persistantes de certains produits ont sans doute été un déclic dans la prise de conscience de la nécessité de développer une approche robuste vers plus de durabilité dans tous les domaines de la société, dont la construction.

Cette année 2023 sera également l’année où plusieurs législations européennes liées à la durabilité seront officiellement adoptées ou entreront déjà en vigueur. Elles auront un impact significatif sur le fonctionnement des entreprises et sur les projets de construction de toute nature dans les années à venir.

Tout d’abord, le paquet climat « Fit for 55 ». Les différentes directives concernées imposeront des objectifs contraignants en matière d’efficacité énergétique, y compris pour les bâtiments existants, exigeront un développement substantiel des énergies renouvelables, accéléreront la décarbonisation de l’industrie européenne et élimineront progressivement l’utilisation des combustibles fossiles pour le chauffage et le transport routier.

Ensuite, une attention accrue sera portée aux performances environnementales des produits, aux process et aux chaînes d’approvisionnement des entreprises, par des exigences plus strictes de reporting en matière de durabilité pour nettement plus d’entreprises qu’auparavant, et par la nouvelle directive sur le devoir de vigilance des entreprises. Cette directive obligera les grandes entreprises à s’assurer de l’absence d’impacts environnementaux inacceptables tout au long de leur chaîne de valeur. Cela impactera indirectement les PME, fournisseurs de ces grandes entreprises.

Enfin, la « taxonomie verte » européenne, qui définit les critères selon lesquels une activité est considérée comme contribuant aux objectifs environnementaux, ou du moins ne causant pas de dommages significatifs, influencera de plus en plus le financement des projets et des entreprises.

De nombreux ajustements seront nécessaires à toutes les parties prenantes du secteur de la construction pour s’adapter à cette nouvelle normalité.

Les bureaux d’ingénierie et de conseil joueront un rôle essentiel en apportant aux entreprises et aux pouvoirs publics des actions et des solutions concrètes, et en les guidant vers des solutions durables et responsables pour leurs projets à venir, bâtiments et infrastructures.   

« * » indique les champs nécessaires

Envoie-nous un message

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.