Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
La construction bois, vecteur de création de valeur
David Roulin, CEO ArtBuild Architects (Photo © Bénédicte Maindiaux)

La construction bois, vecteur de création de valeur

Nous tous, collectivement, avons une responsabilité majeure quant à l’héritage que nous léguons aux générations futures. A l’échelle de l’aménagement du territoire, cette responsabilité pose la question de l’impact de l’architecture sur l’environnement et la communauté. Précisément, le juste équilibre entre l’activité humaine et le vivant est au cœur du défi de civilisation auquel nous sommes exposés aujourd’hui avec insistance. Une urgence qui nous impose le devoir d’innovation.

A la surconsommation capitaliste post-industrielle doit succéder un nouveau paradigme, celui de la frugalité, de la recyclabilité, de la décarbonation si on ne parle que d’écologie. Mais ce sont bien les comportements individuels et collectifs qui doivent procéder à une mutation profonde, et c’est loin d’être simple. 

L’architecture est en ce sens une opportunité. Combinant une multitude de paramètres et faisant interagir un grand nombre d’intervenants, chaque projet est un concentré d’intelligence. Le processus en soi porte en lui les conditions de l’exemplarité, il requiert savoir-faire, engagement et détermination. Chaque geste que nous posons, chaque ligne que nous dessinons, chaque décision que nous prenons, a un impact sur le territoire, l’environnement, la biodiversité, l’économie, les individus, la culture.

L’architecture fait la synthèse entre enjeux de programmation et de contextualisation, entre sciences exactes et sciences sociales, transcende les données du réel pour créer les conditions de l’harmonie. En ce sens, elle est une discipline exigeante autant que signifiante. Elle exprime des valeurs, une culture, une gouvernance, une économie. A l’échelle du territoire, elle dit quelque chose de l’état d’une société. Dis-moi quelle est ton architecture, je te dirai qui tu es.

L’architecture a pour vocation de créer de la valeur. Valeur matérielle au sens immobilier ou au sens de l’activité économique qu’elle abrite : optimisation de la fonctionnalité, attractivité, productivité. Valeur immatérielle au sens des liens que l’architecture va tisser entre passé, présent et futur, racines, pensée prospective et savoir-faire, pour nourrir un récit en phase avec la culture d’une entreprise, l’identité d’une ville ou d’une région.

Le secteur de la construction est aussi un vecteur de création de valeur à l’échelle d’une région, fondé sur sa culture et son économie, porté par un savoir-faire transmis de génération en génération. Réputé conservateur, le processus de métamorphose y est particulièrement lent. Pourtant, les ingrédients de la transition écologique sont bien présents. La construction bois y joue aujourd’hui un rôle de premier plan aujourd’hui, incarnant la synthèse indispensable entre éthique et esthétique.

Le bois dans la construction n’est pas nouveau. Si il reprend de la vigueur, c’est parce qu’il présente nombre d’atouts qui en font une alternative vertueuse à la construction béton, à commencer par son empreinte carbone et son aspect biophilique, contribuant au bien-être.

Matériau traditionnel par excellence, il incarne aussi le futur de la construction au travers des nouvelles technologies, de la robotique, favorisant la préfabrication, la construction sèche, la recyclabilité et l’économie de matières. Un matériau bienvenu également dans la réhabilitation du patrimoine, autre enjeu écologique majeur de l’aménagement du territoire.

Un futur de l’architecture et de la construction réjouissant donc, qui ne demande qu’à s’épanouir et à séduire les jeunes générations en quête de sens. 

David Roulin,
CEO ArtBuild Architects 

« * » indique les champs nécessaires

Envoie-nous un message

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.