Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Béton

Le label CO2-neutral : défi ou opportunité ?

satic-minera
La lutte contre les émissions de CO2 est une tâche de longue haleine qui requiert l’implication de chaque entreprise, de chaque travailleur, de chaque citoyen.

Texte | Satic-Minera

Photos | Satic-Minera

13 août 2021 Temps de lecture 8 minutes

Partager cet article

Ready Beton et Satic-Minera, deux entreprises du groupe néerlandais De Hoop Terneuzen actives sur le marché belge, ont adopté à ce sujet une approche ambitieuse mais réaliste.

« Il est très important d’aborder une telle mission en ayant une vision claire qui répond aux réalités économiques et écologiques. Les scientifiques parlent d’une ‘alarme climatique’ et chacun, appartenant ou non au monde de l’entreprise, doit apporter sa pierre à l’édifice », déclare Herman De Backker, Administrateur Délégué de Ready Beton et Directeur Général de Satic-Minera. « Nous anticipons les mesures qui sont ou seront prises par les pouvoirs publics à l’avenir. Nous demandons à nos donneurs d’ordre et à nos clients d’adopter une approche active en vue de limiter autant que possible l’impact de nos activités sur notre environnement et la nature et – dans la mesure du possible – d’afficher une parfaite neutralité carbone. Aux Pays-Bas, les ‘marchés publics verts’ sont déjà monnaie courante. Les offres pour les marchés publics y sont confrontées à l’indicateur du coût environnemental ‘MKI’ : tout qui souhaite participer à l’appel d’offre a intérêt à performer à ce sujet. »

De l’extraction au chantier

Les concepteurs de notre plan de limitation des émissions de CO2 sont partis des caractéristiques spécifiques aux activités des deux filiales belges. Satic-Minera est active dans le commerce de matières premières de construction, Ready Beton produit du béton prêt à l’emploi dans les centrales de Roulers, Bruxelles et Anderlecht et approvisionne les chantiers aux alentours. Les deux entreprises ont des sites reliés aux voies navigables, notamment dans le port de Bruxelles. Les livraisons des matières premières de Satic-Minera sont faites autant que possible par bateau et, lorsque ce n’est pas possible, par camion.

« Dans nos entreprises, certains facteurs sont incontournables comme la localisation des carrières et de nos clients. Il s’agit principalement de centrales à béton ou à asphalte, d’usines à béton et de chantiers », explique Jurgen Lufin, Responsable Logistique chez Satic-Minera. « Ils sont très éloignés les uns des autres. La rapidité et le coût logistique sont donc des paramètres importants. Le béton est transporté des centrales à béton de Ready Beton vers les chantiers dans des camions malaxeurs. Notre béton prêt à l’emploi doit être livré immédiatement. »

« Ready Beton et Satic-Minera souhaitent autant que possible coordonner elles-mêmes les commandes tant pour le transport fluvial que routier, si nécessaire en collaboration avec nos partenaires logistiques. À l’heure actuelle, environ 30% des camions circulent sans chargement ! Ce pourcentage doit être réduit par un échange d’informations accru entre les entreprises, afin qu’un camion puisse transporter le chargement d’une autre entreprise lors de son voyage retour. C’est un défi quotidien pour nos collaborateurs logistiques », explique Jurgen Lufin. Une combinaison accrue des transports reste néanmoins une importante option d’avenir. Le transport de gravats et de ciment devrait emprunter davantage les voies navigables. »

D’abord réduire puis compenser

« En 2010, notre groupe s’est fixé pour objectif de réduire de 20 % son empreinte carbone d’ici 2020, soit 2 % chaque année », poursuit Jurgen Lufin. « En nous attaquant à différentes facettes de nos activités d’exploitation – consommation énergétique, frais d’échec, acheminement des matières premières par bateau, flux logistiques internes, modernisation de la flotte, réutilisation d’eau recyclée et des surplus de béton des chantiers … – nous avons pu atteindre facilement cet objectif. Nous avons également réexaminé nos contrats d’énergie et les avons convertis en énergie verte à 100 %. Et fin 2020, nous avons opté pour un carburant neutre en carbone pour les camions malaxeurs de notre flotte et pour nos machines qui opèrent sur nos sites d’exploitation. »

Jurgen Lufin : « Combinées à nos interventions au niveau de la gestion de l’entreprise, ces mesures ont permis de limiter la majeure partie de notre empreinte carbone au strict minimum. Pour décrocher le label CO2-neutral, nous avons compensé une infime fraction résiduelle d’émissions de CO2 en soutenant un projet de préservation de la forêt tropicale du Nicaragua. Il s’agit d’un projet mis en place pour contribuer durablement à l’empreinte sociale et écologique de la population locale. Un magnifique exemple de RSE. Nous avons été accompagnés tout au long du processus par CO2logic. »

La lutte contre les émissions de CO2 est une tâche de longue haleine qui requiert l’implication de chaque entreprise, de chaque travailleur, de chaque citoyen. Le résultat sera une combinaison de nombreuses mesures modestes qui apporteront à chaque fois les opportunités nécessaires pour une optimisation de la gestion de notre entreprise.  

 

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Olivia Castelein

Chef D’édition

Envie de découvrir nos formules de partenariat ? Je serais heureuse d'en parler avec vous.

0%

    Envoie-nous un message