Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Plantes invasives et salles de bains préfabriquées
« Pour les salles de bains dans chaque chambre, nous avons travaillé avec des cabines complètes préfabriquées en résine. »

Plantes invasives et salles de bains préfabriquées

A Salzinnes (Namur), ARTES a livré récemment une MRS avec résidence services, les deux bâtiments étant aux normes passives. La mission couvrait l’ensemble du gros œuvre, des parachèvements et des techniques spéciales. Rien d’exceptionnel en soi pour l’entrepreneur général, qui a d’autres bâtiments de ce type à son actif, si ce n’est peut-être l’éradication de plantes invasives présentes sur la parcelle et l’utilisation de salles de bains préfabriquées dans chacune des 102 chambres. Nicolas Gustin, manager de chantier chez ARTES, nous éclaire sur ces particularités.

Le chantier a duré deux ans et demi. Il a connu d’emblée une péripétie peu commune, mais qui risque de le devenir davantage dans le futur. La parcelle était en partie envahie par la Renouée du Japon, une plante invasive particulièrement difficile à éliminer complètement. À Salzinnes, 3 à 4 mois de traitement et d’importants mouvements de terres au sein du site ont été nécessaires pour en venir à bout ! Plus de 400 pieux ont ensuite été forés pour la fondation du bâtiment principal, qui comprend quatre ailes trapézoïdales greffées autour d’un patio central de forme circulaire. Des éléments en bois ont été utilisés pour le bardage extérieur, ce qui donne au bâtiment une allure moderne et chaleureuse. Les abords du bâtiment ont été aménagés par un architecte paysagiste, avec des fontaines et un jardin japonais. Une passerelle relie la résidence service à la maison de repos, permettant aux résidents de bénéficier des services du restaurant.

A Salzinnes (Namur), ARTES a livré récemment une MRS avec résidence services, les deux bâtiments étant aux normes passives.

Salles de bains préfabriquées

Nicolas Gustin : « Une spécificité du projet, qui a demandé beaucoup de coordination, concerne la réalisation des salles de bains individuelles dans chaque chambre de la maison de repos. Nous avons travaillé avec des cabines complètes préfabriquées en résine, de grosses pièces à manutentionner pour pouvoir les intégrer dans les différents volumes et qui demandent un certain phasage au niveau des travaux. » 

Quittant l’Hospice d’Harscamp au centre de Namur, les résidents béné­ficient désormais d’un environnement moderne, lumineux et confortable, avec des équipements adaptés à leurs besoins.  

Fiche technique
  • Maître d’ouvrage CPAS de Namur
  • Architecte Atelier d’Architecture et d’Urbanisme SA
  • Entrepreneur général ARTES TWT

« * » indique les champs nécessaires

Envoie-nous un message

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.