Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Plus de place pour l’innovation grâce à la certification
Béton coulé sur chantier.

Plus de place pour l’innovation grâce à la certification

L’asbl BE-CERT propose des services de certification, d’inspection et de métrologie pour le secteur de la construction en tant qu’organisme indépendant. BE-CERT se profile comme un acteur dans la transition durable du secteur, en participant activement à l’élaboration de contrôles de qualité prenant compte des innovations durables des producteurs. Dernièrement, l’organisation s’est consacrée aux adaptations successives à la nouvelle réglementation béton, entrée en vigueur le 1er janvier 2023 et d’application pour toutes les centrales à béton licenciées BENOR au plus tard le 1er juillet 2023. En étroite collaboration avec COPRO, un autre organisme de certification, BE-CERT veut soutenir les producteurs qui développent des bétons de haute qualité et davantage respectueux de l’environnement.

Fabrication des cubes de béton à écraser.

Une nouvelle règlementation béton plus pragmatique

La nouvelle réglementation béton répond aux demandes des producteurs, qui désiraient une réduction ainsi qu’une clarification de la charge administrative, jugée trop lourde. Cet allégement a permis également un recalibrage du schéma de certification avec un changement complet du contrôle externe, comme l’explique Caroline Ladang, directrice de BE-CERT : « Les modifications au niveau administratif ont permis d’instaurer un contrôle technique de conformité bien plus étroit. L’accent été replacé sur le produit, notamment en augmentant le nombre de prélèvements d’échantillons de béton, maintenant calculés en fonction du volume de production ».

Test de consistance du béton, réalisé sur chantier.

Une procédure très approfondie

Les contrôles de qualité menés par BE-CERT sont partiellement non-annoncés : l’inspecteur se rend sur chantier, où le prélèvement a lieu et l’ouvrabilité du béton est testée sur place. Les autres essais sont effectués au sein de la centrale à béton, pour mesurer la masse volumique et la teneur en air, avant de passer au brûlage. Ce dernier essai consiste à placer le béton dans un four, pour mesurer la quantité d’eau qui s’en échappe, et est très important pour connaître le facteur E/C, qui donne une indication de la durabilité du béton. Ensuite, le producteur réalise 5 cubes de béton qui seront soumis à un essai de compression : le premier est à écraser à 7 jours chez le producteur pour analyse, ensuite 2 autres cubes sont écrasés à 28 jours, toujours chez le producteur, et les 2 derniers sont également écrasés à 28 jours mais dans un laboratoire externe accrédité. « Les résultats des différents échantillons de béton sont comparés entre eux bien sûr, mais également avec les résultats des essais effectués par le producteur à chaque production. Ces derniers doivent être minutieusement consignés dans un registre », ajoute Caroline Ladang.

Stockage de granulats recyclés dans une centrale à béton.

Un engagement de tous pour un béton plus durable

En 2022, différents acteurs majeurs flamands ont signé le « betonakkoord », comprenant des objectifs de durabilité très ambitieux pour le segment du béton. Via la modification de la réglementation et la nouvelle norme béton, le mouvement s’accélère également en Wallonie et à Bruxelles : « Le secteur ouvre la voie aux innovations et recherches durables pour ce matériau utilisé en très grand volume, notamment avec l’arrêté wallon de sortie du statut de déchet pour les granulats recyclés, entré en vigueur en juillet 2021 », précise Stéphane Baguet, inspecteur chez COPRO, partenaire de BE-CERT dans ce projet.

Pour stimuler encore davantage les innovations, un cadre général a été mis sur pied pour le développement et l’utilisation de liants innovants et matières premières secondaires. « Il existe une procédure pour démontrer l’aptitude à l’emploi de ces matériaux alternatifs, qui permet d’en faire usage sans compromettre les garanties de qualité, de résistance et de durabilité », confirme Caroline Ladang.

En tant qu’organismes de certification du secteur de la construction, BE-CERT comme COPRO veulent contribuer à la transition durable du secteur, mais sans jamais négliger le critère primordial, la qualité du produit : « Nous avons l’objectif d’atteindre un jour le « béton-zéro », c’est-à-dire neutre en carbone, mais nous voulons également un béton avec une durée de vie maximale et de qualité irréprochable, pour la sécurité de tous les utilisateurs », conclut-elle.    

« * » indique les champs nécessaires

Envoie-nous un message

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.