Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Pont des Trous : les Tournaisiens ne sont pas restés à quai
Le Pont des trous reste un monument emblématique de la ville de Tournai, au même titre que la cathédrale.

Pont des Trous : les Tournaisiens ne sont pas restés à quai

Après 6 années de travaux et presque autant de débats préliminaires, parfois houleux, la saga de la reconstruction du Pont des Trous sur l’Escaut à Tournai s’est achevée le 14 avril dernier par l’inauguration festive du nouvel ouvrage d’art et de ses quais rénovés. Pour améliorer l’espace aux abords de l’emblématique monument reconstruit quasiment à l’identique, l’entrepreneur général Galère, en charge des travaux avec Wanty, a fait appel à un spécialiste en la matière : EBEMA. Tournaisiens et touristes sortent gagnants de l’aventure puisqu’ils peuvent désormais profiter d’escaliers et de gradins pour se reposer et profiter de la vue.

Les travaux réalisés pour les besoins de la navigation profitent directement à la population, qui a pour la première fois vraiment accès au fleuve.

Rappelons que l’objectif était d’élargir (de 19 à 27 m) et de moderniser l’Escaut sur environ 250 m à hauteur du centre-ville de Tournai afin de permettre aux bateaux de classe Va (2000 tonnes) de traverser la cité aux cinq clochers et ainsi rejoindre le canal Seine-Escaut. Pour cela, il fallait également déconstruire le Pont des Trous, porte d’eau datant du 13siècle et chère à la population, au même titre que la cathédrale et le beffroi. Reconstruite après avoir été bombardée par les Anglais en 1940, elle avait lors déjà fait l’objet de modifications pour faciliter la navigation.

Les aménagements se poursuivent le long du Jardin de la Reine jusqu’au pont Delwart.

De nouveaux aménagements en béton préfabriqué

Après avoir lutté pour obtenir une reconstruction en pierre de « leur » pont, la plus fidèle possible à « l’original », les Tournaisiens vont donc pouvoir se réapproprier le fleuve grâce aux aménagements réalisés à ses abords. Sur plus de 2,7 des 4 km que Tournai compte de quais en intra-muros, des travaux conséquents ont permis de réaménager les espaces au profit de modes doux : gradins, abaissements de quais et autres promenades sous les arches latérales du Pont des Trous vont matérialiser les concepts émis lors des ateliers participatifs. 

Pour cela, la solution la plus efficace était d’avoir recours à des éléments en béton préfabriqués. Huu‑Hung Nguyen​​​​ a dirigé le projet pour Galère : « L’idée était de créer un lieu de balade au fil de l’eau. Travailler avec des éléments en béton préfabriqués est un gage de rapidité d’exécution et de qualité. Nous avons choisi de travailler avec Ebema vu la qualité des fournitures et le professionnalisme de la société. »

Le béton clair entre en dialogue avec la pierre de taille.

EBEMA a ainsi fourni non moins de 87 éléments de bordure, 808 marches d’escaliers, 27 poutres crémaillères, 4 voiles hydrauliques, 61 parois de soutènement, … Sur l’une des rives, les gradins ont été directement fondés sur le terre-plein. Sur la rive opposée, une solution plus originale a dû être utilisée pour obtenir un effet similaire : des poutres crémaillères ont été fixées au quai d’une part, à la plateforme réalisée en prédalles par l’entrepreneur sur l’Escaut d’autre part, pour servir de support aux marches constituant les gradins. Le chantier terminé, les crémaillères ne sont plus visibles. Le résultat : des gradins qui descendent jusqu’au niveau du fleuve !

Cette photo de chantier montre les poutres crémaillères servant de support aux gradins sur l’une des rives de l’Escaut.

Nouvelle dynamique urbaine

Le béton lisse et clair des gradins entre en dialogue avec la pierre de taille utilisée pour le pont et ses deux tours. Comme l’a indiqué le responsable du projet au SPW en réponse à quelques personnes qui auraient préféré y voir de la pierre bleue, ces éléments en béton préfabriqués « correspondent à un compromis qualité/esthétique/prix pour répondre, dans l’enveloppe budgétaire, aux fonctions et demandes qui avaient été exprimées durant les ateliers participatifs. Le principe architectural choisi était de dissocier les matériaux mis en œuvre sur la partie extra-muros, de ceux de la partie intra-muros de cette zone. Le béton est donc majoritairement employé à l’aval du Pont des Trous, pour ces gradins (avec un très haut niveau d’exigence de qualité dans la préfabrication de ces éléments), et il le sera (en version désactivée, avec agrégats en pierre bleue) dans le revêtement des voiries de cette zone. En amont, la pierre bleue est majoritaire. »

De l’aveu même du bourgmestre, c’est toute une partie de ville qui se voit redynamisée par ces aménagements. On peut donc affirmer qu’EBEMA a contribué à améliorer l’espace au bénéfice de tous.    

« * » indique les champs nécessaires

Envoie-nous un message

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.