Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Un drainage bien pensé pour un projet résidentiel prestigieux
De Zoute Schorre est ce que G. Smeyers appelle un « chantier critique » : les choses peuvent rapidement mal tourner si le drainage ne remplit pas le rôle attendu.

Un drainage bien pensé pour un projet résidentiel prestigieux

À Knokke-Heist, le projet De Zoute Schorre, un nouveau lotissement comprenant quatorze logements, des parkings souterrains et un espace public sans voitures, vient d’entrer en phase de réalisation. L’une des premières étapes du processus d’exécution consistait à drainer les eaux souterraines. Une opération complexe et délicate en raison de la spécificité du sol, mais du cousu main pour un spécialiste tel que G. Smeyers, qui a combiné différentes techniques pour assécher le vaste chantier et qui suivra de près la situation pendant quelque temps encore afin d’éviter les problèmes pendant les travaux.

Vu la composition hétérogène du sous-sol, G. Smeyers a utilisé deux types de drainage.

Habiter dans le cœur historique de Knokke, dans un quartier vert et à un jet de pierre du centre-ville et de la mer : cela ressemble à un rêve, qui deviendra bientôt réalité pour quatorze familles. À travers le projet De Zoute Schorre, De Haan Construct s’engage, en effet, à réaliser des maisons haut de gamme, d’une superficie moyenne de 320 m² et pourvues chacune de trois places de parking souterraines. Le projet porte la griffe de Piet Bailyu, qui, en pur Knokkois qu’il est, connaît bien la « bibliothèque de styles de construction » qui caractérise l’architecture locale. Donner à des éléments authentiques une touche de modernité, afin que le projet résidentiel s’inscrive harmonieusement dans le contexte caractéristique de Knokke tout en exprimant une subtile singularité : telle est la philosophie qui sous-tend le projet De Zoute Schorre. Les maisons évoquent des villas côtières typiques, mais font davantage la part belle au verre et bénéficient dès lors d’un plus grand apport de lumière naturelle. Sans surprise, rien n’est laissé au hasard, de l’utilisation de matériaux haut de gamme à l’aménagement d’une zone sans voitures (avec de beaux espaces verts, des sentiers sinueux et un joli spectre de perspectives) en passant par le recours à des techniques sophistiquées. 

L’eau salée qui est pompée au moyen des puits est réinjectée un peu plus loin dans la même couche du sol.

Filtres verticaux et puits 

Le début des travaux a été synonyme de défis techniques. Vu la composition hétérogène du sous-sol, G. Smeyers a utilisé deux types de drainage à la demande de l’entrepreneur principal, DSV Crop. « La couche d’argile étant relativement haute à certains endroits, nous avons divisé le chantier en deux zones. Dans l’une, la couche argileuse se trouve 7 mètres en dessous du sol, ce qui nous a permis de travailler avec des filtres verticaux. Dans l’autre, elle est un peu moins profonde et nous avons par conséquent dû utiliser des puits afin d’effectuer un drainage destiné à réduire la pression des eaux souterraines », explique le chef de chantier Xandres Maes. « L’eau salée que nous pompons au moyen de ces puits, nous la réinjectons un peu plus loin dans la même couche (drainage retour). L’eau du drainage par filtre est rejetée au moyen d’une station de pompage supplémentaire dans deux wadis situés à quelque distance du chantier. Afin de ne pas bloquer la circulation automobile sur les deux voies situées au sein de la zone du chantier, nous avons construit une plateforme qui nous a permis de poser les conduites d’évacuation en hauteur. »  

​L’eau du drainage par filtre est rejetée à quelque distance du chantier via des conduites d’évacuation en hauteur.

Un défi complexe, mais passionnant

De Zoute Schorre est ce que G. Smeyers appelle un « chantier critique ». Autrement dit, les choses peuvent rapidement mal tourner si le drainage ne remplit pas le rôle attendu. « Il faut donc contrôler rigoureusement tous les paramètres. Les tubes piézométriques qui mesurent la pression de l’eau ont été complétés par un capteur de dépression sur chaque ligne de filtration, ce qui nous permet d’intervenir rapidement en cas de problème », détaille Xandres Maes. « Pour l’heure, tout se déroule parfaitement et nous n’avons pas encore reçu de messages d’alerte, mais nous continuons de suivre la situation de près. Nous nous affairons en ce moment à enterrer les canalisations d’égouttage et nous coulerons bientôt la dalle. Les travaux vont nous occuper pendant un bon moment encore, dès lors. Des projets tels que De Zoute Schorre impliquent un grand nombre de processus différents : ils présentent un niveau de complexité et de difficulté élevé, dès lors, mais c’est justement cela qui les rend passionnants. Chez G. Smeyers, on aime ce genre de défi ! »  

« * » indique les champs nécessaires

Envoie-nous un message

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.