Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Un vaste hall industriel mené à bon (aéro)port
C’est à l’entrepreneur Duchêne que Wallenborn a confié la construction d’un entrepôt pour le handling de fret aérien de plus de 10 000 m2 complétés par 1600 m2 de bureaux.

Un vaste hall industriel mené à bon (aéro)port

Déjà présent à Liege Airport avec une trentaine de personnes, le groupe logistique luxembourgeois Wallenborn y a fait construire un nouvel immeuble pour Coastair, société spécialisée dans le handling du fret aérien. C’est à l’entreprise Duchêne que Wallenborn a confié la construction de cet entrepôt de plus de 10 000 m2 complétés par 1600 m2 de bureaux, des terrassements aux finitions, hors techniques spéciales. Visite virtuelle du chantier à la veille de sa réception avec Paul Meyer, Conducteur de chantier chez Duchêne.

Avant de construire, il a fallu se débarrasser d’un immense remblai de 2 hectares à la composition hétéroclite présentant une stabilité aléatoire.

L’activité que Coastair veut déployer dans le bâtiment qu’elle louera à Wallenborn consiste principalement à décharger le contenu des palettes avion pour le recharger sur des europalettes utilisées pour le transport routier. Bien qu’équipé de 8 quais pour camions et de deux rampes, le vaste entrepôt n’est donc pas prévu pour le stockage de marchandises.

Surprise sous les pieds

« Nous avons donné le premier coup de pelle le 19 avril 2022 dans ce que l’on croyait être un terrain vierge. Il s’est avéré que nous étions sur un immense remblai de 2 hectares à la composition hétéroclite, sur une épaisseur allant jusqu’à deux mètres à certains endroits. Il fallait donc se débarrasser de cette couche à la stabilité aléatoire pour pouvoir construire. Si, au départ, il était prévu d’évacuer du site la totalité du remblai et de le remplacer par de bonnes terres, nous nous sommes finalement limités à évacuer 6000 m3, criblant sur place les 14 000 m3 restants pour n’en garder que la terre qui, une fois chaulée, pouvait être remise en place. Cela a permis de réduire le supplément facturé à notre client pour cette mauvaise surprise. » 

Tout cela aura coûté trois mois au planning, le travail sur les fondations ne commençant que juste avant les congés d’été du bâtiment, même si la réalisation d’une partie des 300 pieux a pu se faire en parallèle sur des zones de terrain déjà terrassées.  

Bien qu’équipé de 8 quais pour camions et de deux rampes, le vaste entrepôt n’est pas prévu pour le stockage de marchandises.

Contrainte dans les airs

À la rentrée le 8 août, une équipe d’ouvriers Duchêne et une équipe de sous-traitants étaient à l’œuvre pour achever les fondations et monter les premières colonnes puis les poutres venant de chez Ergon. Des murs isolés fabriqués par Schelfhout ont ensuite été placés entre les colonnes. Quant à la partie bureaux, elle est faite de prémurs, isolés ou non, achetés chez Kerkstoel. Autant de fabricants réputés d’éléments en béton préfabriqué. Paul Meyer : « Avec environ 200 poutres, 150 colonnes, 185 plinthes isolées et près de 150 prémurs, nous nous sommes adressés à des sociétés qui avaient du répondant. »

Autre contrainte rencontrée par Duchêne : la proximité avec l’aéroport impose des limitations très strictes pour le travail en hauteur, ce qui a demandé à Paul Meyer des contacts quotidiens avec la tour de contrôle afin de se concerter sur les plages de travail. Il s’est avéré que même les grues mobiles utilisées par Duchêne se voyaient interdites de monter des charges au-delà de 10,5 m de haut, qui est précisément la hauteur maximale du bâtiment… Le hall est en fait divisé en deux parties, dont le plus proche des pistes ne culmine qu’à 9,5 m. 

Avec environ 200 poutres, 150 colonnes, 185 plinthes isolées et près de 150 prémurs, le béton préfabriqué règne en maître.

Futur projet de référence… livré plus tôt que prévu

Une partie plus complexe de la construction concerne les bureaux qui forment une sorte d’excroissance à l’angle du bâtiment. Paul Meyer : « Nous y avons travaillé avec des prémurs, et placé des colonnes en béton en biais, avec une toiture inclinée. Ces colonnes inclinées dans les deux sens ont constitué un vrai défi technique, une intervention assez compliquée dont les équipes Duchêne peuvent être fières. » 

Signalons également que c’est la menuiserie Duchêne qui a réalisé toutes les portes en bois du bâtiment. Les réceptions sont prévues fin mai déjà, même si le délai convenu s’étendait jusqu’en août. D’ici là, une trentaine de personnes s’activent à terminer les derniers parachèvements. « Hier, nous étions occupés à couler une dalle extérieure en béton de 4500 m2.  C’est notre principal sous-traitant sur ce projet, l’entreprise Loiseau, qui est chargée de tout le reste des abords. Elle était à nos côtés dès la remise de prix et a réalisé la plus grosse partie, des terrassements aux abords. Je tiens donc à la remercier. »    

Le bâtiment et ses abords ont été livrés plus tôt que prévu.
Fiche technique
  • Maître d’ouvrage Wallenborn
  • Architecte Biemar & Biemar
  • Entreprise générale Duchêne (Groupe Eiffage)

« * » indique les champs nécessaires

Envoie-nous un message

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.