Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
« Une protection solaire de qualité ne se limite pas à des produits »
En 2050, la Belgique aura le climat que l’on trouve actuellement dans le sud de la France.

« Une protection solaire de qualité ne se limite pas à des produits »

Les études scientifiques et les prévisions montrent qu’il sera de plus en plus difficile de rester au frais dans les années et décennies à venir. Le recours à la protection solaire est une nécessité pour contenir l’impact du changement climatique sur notre habitat et notre qualité de vie, mais il existe bien d’autres options que les écrans ou les auvents. « Plus que jamais, il est nécessaire d’adopter une approche conceptuelle intégrale », ont souligné Luc Eeckhout (evr-architects) et Els Vanden Berghe (Pixii) lors du séminaire « Comment concevoir en fonction du CO2 et du climat ? », que l’Ordre des Architectes – Conseil flamand a organisé en collaboration avec Palindroom lors de la première édition d’ARCHITECT@WORK Brussels.

Résister à la chaleur est l’un des plus grands défis en matière de conception adaptée au climat.

Dans quelle mesure le réchauffement climatique frappera-t-il nos régions ? Luc Eeckhout, de evr-architects, qui, en tant que professeur invité à la KU Leuven, enseigne notamment en post-graduat construction respectueuse de l’homme et de l’environnement, a dressé un tableau peu encourageant de l’évolution du climat dans notre pays. « D’ici la fin du siècle, nous serons confrontés en Belgique à dix fois plus de jours de chaleur qu’aujourd’hui. L’Espagne se rapproche de nous, tandis que notre climat s’éloigne de nous à une vitesse de 4 mètres par heure et ne reviendra jamais, du moins de notre vivant. En 2050, la Belgique aura le climat que l’on trouve actuellement dans le sud de la France et l’Espagne sera un territoire désertique. Il est donc grand temps de concevoir des bâtiments et des habitations qui nous protègent de ce phénomène. Se protéger du soleil est devenu indispensable à cet égard. Sinon, nous serons tous cuits. »

« Lorsque les gens entendent l’expression ‘protection solaire’, ils pensent immédiatement à certains produits tels que les écrans ou les auvents, alors qu’il existe d’autres moyens de se protéger de la chaleur estivale », relève Els Vanden Berghe.

Utilisation judicieuse de l’environnement

Autrement dit : résister à la chaleur est l’un des plus grands défis en matière de conception adaptée au climat. Pixii, la plateforme flamande de connaissances sur la construction neutre en carbone, en est également consciente. « C’est la raison pour laquelle nous ne parlons plus de protection solaire, mais de protection du soleil », explique Els Vanden Berghe. « En effet, lorsque les gens entendent l’expression ‘protection solaire’, ils pensent immédiatement à certains produits tels que les écrans ou les auvents, alors qu’il existe d’autres moyens de se protéger de la chaleur estivale. Par exemple, il s’agit aussi d’utiliser intelligemment l’environnement, qui est indissociable de la maison ou du bâtiment. Les plantations en sont un bon exemple. Ainsi, prévoir des arbres ou une vigne devant une fenêtre orientée au sud va créer l’ombre nécessaire et générer un effet de refroidissement autour de la maison ou du bâtiment en question, ce qui aide énormément à maintenir les températures intérieures sous contrôle. »

« La protection solaire est indispensable. Sinon, nous serons tous cuits », prévient Luc Eeckhout.

Élargir sa vision

Ce fervent plaidoyer en faveur de la protection du soleil s’inscrit parfaitement dans le cadre d’une conception et d’une construction adaptées au climat et neutres en carbone, thème au centre du séminaire d’ARCHITECT@WORK Bruxelles. « L’adaptation au climat implique d’envisager de manière proactive l’avenir et la manière dont notre climat va évoluer », expliquent Luc Eeckhout et Els Vanden Berghe. « Sachant que les températures moyennes et les conditions météorologiques extrêmes dans nos régions continueront d’augmenter dans les années et décennies à venir, les mesures actives et passives pour lutter contre la surchauffe sont une nécessité absolue, également dans l’optique de la neutralité carbone. En effet, plus on repousse le soleil de manière intelligente et efficace, plus on réduit la charge de refroidissement et la consommation d’énergie associée. Il est donc important d’élargir notre vision et d’aller au-delà de la simple efficacité énergétique lorsque l’on parle d’adaptation au climat et de neutralité carbone. Il est plus que jamais nécessaire d’adopter une approche intégrée de la conception, dont la protection solaire est l’un des paramètres. » 

« * » indique les champs nécessaires

Envoie-nous un message

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.