Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Nouvelles

La certification d’exécution des dispositifs de retenue routiers est sur la rampe de lancement

2021 sera une année importante en ce qui concerne la sécurité et la qualité de nos routes. Longuement attendues, la certification d’exécution et la marque COPRO.EXE y afférent vont être lancées.

smacap_Bright
Grâce à la certification d’exécution des dispositifs de retenue routiers, les maîtres d’ouvrage peuvent désormais être assurés que les entrepreneurs suivent certaines procédures pour obtenir le niveau de qualité exigé.

Texte | Texte Tim Janssens | Photos DESAMI

18 janvier 2021 Temps de lecture 13 minutes

Partager cet article

L’un des domaines retenus concerne l’installation et la réparation de dispositifs de retenue routiers. « La qualité des produits en elle-même peut être excellente, mais si ceux-ci ne sont bien pas posés et/ou entretenus, leur fonctionnement et la sécurité en général sont menacés. Par la certification d’exécution, nous voulons éviter cela et responsabiliser les entrepreneurs », explique-t-on chez COPRO.

« La certification d’exécution est une reconnaissance pour les entrepreneurs qui font du bon travail et donc un moyen idéal de séparer le bon grain de l’ivraie », estime Wim Gillis de WG-Aannemingen.

La certification d’exécution est un sujet brûlant dans le secteur des travaux routiers et d’infrastructures. Le concept est né à l’initiative de différents acteurs importants, dont AWV, VLARIO, Infrabel, Farys, SPW, FBEV et Bouwunie. En tant qu’organisme indépendant de contrôle et de certification, COPRO a reçu pour mission de donner vie à toutes les attentes, idées et exigences en mettant au point un système fonctionnel. « Assurant également la certification de produits, nous étions nous-mêmes demandeurs car nous sommes bien conscients qu’une exécution parfaite est nécessaire pour arriver à un résultat correct. La certification d’exécution nous permet de boucler la boucle », expliquent Ruben Verbeke et Kim Vandenhoeke de COPRO. « Dans les marchés publics classiques, le prix est le critère déterminant et il n’est pas toujours évident de garantir la qualité. De nombreux maîtres d’ouvrage étaient donc en attente d’une autre approche. Grâce à la certification d’exécution, ils peuvent désormais être assurés que les entrepreneurs suivent certaines procédures pour obtenir le niveau de qualité exigé, qui sera par ailleurs contrôlé par COPRO. Les entrepreneurs qui satisfont à ces exigences se voient octroyer un certificat qu’ils peuvent faire valoir en utilisant la marque COPRO.EXE, qui fait office en quelque sorte de label de qualité. »

Tout sauf un luxe inutile

La marque COPRO.EXE est déjà d’application en Flandre pour l’évacuation des enrobés goudronneux, mais se voit actuellement élargie à d’autres applications spécifiques, comme les dispositifs de retenue routiers. « Cela concerne des applications très spécifiques (barrières de sécurité, atténuateurs de choc, éléments de transition entre les barrières de sécurité, éléments d’extrémité, lisses de sécurité moto) qui sont sujettes à une norme. Une exécution de qualité peut dans ce cas être une question de vie ou de mort et, par conséquent, une certification d’exécution pour ces dispositifs de retenue est tout sauf un luxe inutile », insistent Ruben Verbeke et Kim Vandenhoeke. « Sur la base des recommandations formulées par un conseil consultatif composé d’instances représentatives des maîtres d’ouvrages, des parties chargées de l’exécution, des utilisateurs et d’experts, les exigences auxquelles une exécution de qualité doit satisfaire sont rassemblées dans une Prescription technique (PTV), tandis qu’un Règlement spécial (BRS) est rédigé avec les règles à suivre par les détenteurs d’un certificat. Les entrepreneurs seront non seulement amenés à effectuer des contrôles eux-mêmes, mais seront également soumis à des inspections périodiques de chantier menées par des experts de COPRO. Le principe est que les dispositifs de retenue routiers puissent afficher les mêmes performances que dans le laboratoire où ils ont été testés préalablement. Les points d’attention sont par exemple l’usage correct des matériaux, les liaisons boulon-écrou adéquates, une hauteur d’installation conforme, etc. »

Le principe est que les dispositifs de retenue routiers puissent afficher les mêmes performances que dans le laboratoire où ils ont été testés préalablement.

Contribution active à la sécurité routière

La certification d’exécution des dispositifs de retenue routiers est déjà prévue depuis 2019 dans le ‘Standaardbestek 250’. Nous espérons que les autres Cahiers des charges type suivront. Les maîtres d’ouvrage peuvent et pourront donc exiger que certains travaux soient réalisés par un entrepreneur disposant d’un certificat d’exécution, de manière à être assurés d’une installation et d’un entretien de qualité. « Un grand pas en avant », estime Erik De Bisschop, conseiller en équipements routiers chez AWV. « Des ouvertures superflues, des éléments de transition mal raccordés, des armatures de structures en béton qui laissent à désirer, des applications non adaptées aux caractéristiques du sol, … : autant de défauts à éviter absolument lorsqu’on brigue la sécurité. Nous trouvons d’ailleurs important de responsabiliser les entrepreneurs et de les stimuler à fournir un travail de qualité. Avec la certification d’exécution, nous disposons d’un atout de grande valeur pour ce faire. Les PTV pour les dispositifs de retenue routiers en acier et béton préfabriqué sont prêts, mais il faudra encore patienter pour ceux relatifs aux dispositifs en béton coulé sur place. C’est la raison pour laquelle nous accordons encore un peu de répit aux entrepreneurs pour obtenir la marque COPRO.EXE. Ce n’est qu’en 2021 que nous imposerons explicitement la détention d’un certificat d’exécution dans le cadre de travaux de voirie et d’infrastructure. »

Juste équilibre

En résumé : le système de certification d’exécution pour les dispositifs de retenue routiers a fait l’objet d’une étude approfondie, a été mis au point en concertation avec le secteur et est prêt à être lancé. L’un des nombreux entrepreneurs espérant obtenir la marque COPRO.EXE à court terme, est WG-Aannemingen, dont l’une des activités consiste en la pose de SafetyBlocs provisoires en béton préfabriqué sur les chantiers routiers. « L’introduction d’une certification d’exécution est une très bonne chose », estime Wim Gillis, gérant.
« Il s’agit d’une reconnaissance pour les entrepreneurs qui font du bon travail et donc un moyen idéal de séparer le bon grain de l’ivraie. J’ai moi-même siégé dans le conseil consultatif, et ai remarqué combien les recommandations des entrepreneurs étaient prises en compte pour arriver à quelque chose de réaliste. Une excellente collaboration a permis de trouver le juste équilibre tant pour les parties chargées de l’exécution que pour celles amenées à la contrôler, avec l’amélioration de la qualité d’exécution et la sécurité routière comme objectifs communs. Nous n’avons donc pas douté un seul instant et avons entamé immédiatement la procédure pour obtenir la marque COPRO.EXE ! ”

« Puisqu’il s’agit ici de sauver des vies, le petit coût supplémentaire pour obtenir la marque COPRO.EXE en vaut bien la chandelle », souligne David De Saedeleer de DESAMI.

Dans les starting blocks

En tant qu’entrepreneur spécialisé dans la fabrication et l’installation de glissières de sécurité en métal, David De Saedeleer, gérant de DESAMI sprl, a également fait partie du conseil consultatif. Pour lui, il est logique que COPRO assure l’audit de l’étape finale du processus, après avoir déjà procédé à la validation des crash tests, vérifié la qualité des produits en sortie d’usine et même celle des matériaux réceptionnés sur chantier. « COPRO possède ainsi une expertise objective qu’il peut mettre à disposition pour améliorer encore la qualité lors de la réception des installations. Pour notre part, outre la satisfaction d’avoir une glissière bien installée et donc plus efficiente au niveau sécurité, nous verrons notre responsabilité d’autant mieux couverte en cas de litige. Il est évident que, puisqu’il s’agit ici de sauver des vies, un petit coût supplémentaire en vaut bien la chandelle. Je suis dans les starting blocks pour introduire une demande de certification dès que la procédure sera opérationnelle. Mieux, nous avons déjà créé en interne une procédure équivalente pour mettre en place une traçabilité administrative afin que notre personnel soit fin prêt quand il le faudra. »   

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

louwers mediagroep
  • Bouwmat

    Bouwmat

    Plateforme sur les équipements de construction et les machines de construction

    Site web
0%

Wij gebruiken cookies. Daarmee analyseren we het gebruik van de website en verbeteren we het gebruiksgemak.

Details