02:24
27-11-2019

Quatuor Brussels, Bruxelles | Un quatuor de tours pour le quartier Nord à Bruxelles

Dans l’Espace Nord de Bruxelles, tourné vers le centre-ville, se dressera en 2020 le projet Quatuor Brussels. Composé de quatre tours d’allure similaire mais de hauteurs différentes, l’ambitieux complexe de bureaux (60 000 m²) conçu par Jaspers-Eyers architects pour le promoteur Befimmo et construit par Besix, propose à ses occupants des salles de réunion, un centre culturel, des restaurants et bars, des espaces de co-working, une salle de fitness ou encore une agence bancaire. Un chantier ‘grande taille’ aux généreuses formes arrondies dont les noyaux de béton grimpent vers le ciel grâce aux coffrages Wolftech.

Quatuor Brussels a été conçu pour créer un lien urbain entre des quartiers proches mais très différents, l’Espace Nord d’une part et le cœur historique de Bruxelles d’autre part.  Le projet est composé de quatre tours de hauteurs différentes (5 à 18 étages) sur un socle commun de 4 niveaux qui relie les tours pour former un ensemble cohérent. Les tours situées côté ouest seront moins élevées étant donné leur proximité avec d’autres bâtiments au gabarit limité. A l’inverse, les tours grimperont plus haut pour s’aligner sur les développements présents côté nord et ainsi façonner le skyline de l’importante balise urbanistique que constitue l’Espace Nord.

Pour matérialiser ce repère, Quatuor présentera des volumes arrondis et doux, avec quelques accents particuliers comme une voie piétonne reliant les tours et les terrasses-jardins au-dessus du socle. Les toitures inclinées dynamiseront l’ensemble tout en permettant l’installation de panneaux photovoltaïques orientés au sud (BREEAM «Oustanding»).  Triple vitrage, menuiseries en aluminium thermolaqué et pierre naturelle seront utilisés pour les façades tandis que les plinthes seront en pierre bleue. Quatuor disposera également d’un jardin paysager intérieur et d’un parking souterrain de 253 places.

Pour ériger les noyaux d’ascenseurs et d’escaliers des tours les plus élevées, Wolftech met en œuvre sur la face extérieure de ceux-ci des coffrages auto-grimpants. L’entreprise Wolftech, spécialisée en coffrages, s’active sur cet immense chantier depuis le mois de juin 2018.

 

Coffrages auto-grimpants

La construction du complexe a au préalable nécessité des opérations délicates et complexes dont de lourds travaux structurels de démolition, la suppression de fondations ou encore la dépollution du sol.

L’entreprise Wolftech, spécialisée en coffrages, s’active sur cet immense chantier depuis le mois de juin 2018. Thierry Van Brakel, conseiller technique : « Si tout va bien, les noyaux d’ascenseurs devraient être terminés pour la fin de cette année. Nous avons commencé avec plusieurs mois de retard car les démolitions ont apporté quelques surprises. Une autre difficulté de ce chantier réside dans la quantité de matériel à déployer, d’autant que le chantier, qui occupe quasiment toute la surface du terrain, ne comporte pas beaucoup de zones de stockage. »

Pour ériger les noyaux d’ascenseurs et d’escaliers des tours les plus élevées, Wolftech met en œuvre sur la face extérieure de ceux-ci des coffrages auto-grimpants. Contrairement au traditionnel coffrage grimpant, ceux-ci ne nécessitent pas l’intervention d’une grue. Grâce à un système hydraulique, ils s’élèvent d’étage en étage tous les 8 jours, précédant les dalles de 4 ou 5 niveaux.

Thierry Van Brakel : « Pour les tours C et D, les plus hautes, un noyau représente plus ou moins 1000 mètres carrés de coffrages par tour. Pour les tours A et B, les noyaux sont réalisés pour les trois quarts en préfabriqué, et le solde en béton coulé sur place.

Rien ne se perd…

Environ 80 % du coffrage utilisé sur ce chantier est modulaire : les cadres sont réutilisés de chantier en chantier, moyennant nettoyage et éventuel remplacement de la peau de coffrage. Les 20% restants sont spécialement assemblés pour cet ouvrage. Ils sont constitués de filières métalliques et de poutrelles H20, sur lesquelles on vient poser une peau de coffrage. Une fois le chantier achevé, les poutrelles métalliques, tout comme celles en bois (labellisé PEFC), sont récupérées pour être réemployées.   

Tekst: Philippe Selke
Beeld: Befimmo – Jaspers-Eyers architects – Besix
en savoir plus: Befimmo , Besix , Quatuor Brussels , Wolftech

Construire la Wallonie partners

Bouwinfo

Maître d’ouvrage 

Befimmo

Architectes

Jaspers-Eyers & Partners (Bruxelles)

Entreprise générale

Besix