Le séparateur, d’une longueur de 13 m, a été placé à 6 m de profondeur.

03:03
08-07-2020

Un séparateur d’hydrocarbures unique et sur mesure pour l’assainissement des égouts

À la demande de Fluvius, l’entreprise Mihali Wegenbouw réalise un projet d’assainissement des égouts sur le ring autour de Malines, à hauteur de Malines-Nord. L’élément remarquable de ce projet est un séparateur d’hydrocarbures de 13 m de long en plastique renforcé de fibres de verre. ACO, spécialiste des techniques de drainage, a été sollicité pour produire et fournir ce séparateur unique en son genre. « Un très bel exemple de travail sur mesure », déclare l’ingénieur Rony Verbuyst, chef de projet chez ACO.

Un avantage supplémentaire de ce type de séparateur est le filtre amovible.

 

L’installation du séparateur d’hydrocarbures s’inscrit dans l’assainissement du site, dans lequel il fallait séparer les eaux pluviales et les eaux usées. Seuls les travaux nécessaires à l’assainissement de l’égout ont été envisagés. « Aucun tampon ni capacité d’infiltration ne devaient être prévus dans le système de drainage des eaux pluviales », explique Ine Schockaert, ingénieur de projet au sein du bureau d’études Evolta. « La seule condition à laquelle le séparateur d’hydrocarbures devait satisfaire était la prise en compte du débit, en fonction de la capacité de pompage maximale du puisard situé à côté. La difficulté était que les conduites d’eaux pluviales à raccorder (1 200 mm de diamètre) se situaient à une grande profondeur et que le séparateur devait être placé, lui aussi, assez profondément. Des ajustements supplémentaires ont donc été nécessaires pour pouvoir réaliser cela. »

Le séparateur d’hydrocarbures est une pièce unique, sur mesure, en plastique renforcé de fibre de verre.

 

Oleopator G NS200

Au départ, il avait été demandé à ACO de fournir un séparateur d’hydrocarbures d’une capacité de 125 l/s. « Nous avons soumis une proposition de construction en béton, mais la demande a été modifiée pour atteindre une capacité de 165 l/s », explique Rony Verbuyst. « Si nous avions fabriqué un tel type de séparateur en béton, nous aurions dû avoir une très grande fouille, avec quatre puits indépendants qui devaient être reliés entre eux. Étant donné l’espace de travail exigu, ce n’était pas une option réalisable. »

C’est pourquoi ACO a décidé d’opter pour un séparateur en plastique renforcé de fibre de verre (PRV), l’Oleopator G NS200. Rony Verbuyst : « Avec un puits seulement, sur une petite surface, cette version offre un grand avantage. De plus, l’entrée et la sortie sont situées à une profondeur d’environ 3 m, ce qui n’est pas possible avec du plastique ordinaire. Un avantage supplémentaire de ce type de séparateur est le filtre amovible. Il peut être nettoyé à tout moment pendant que le séparateur continue de fonctionner. Tout comme nos autres séparateurs, ce produit unique a été fourni avec un couvercle en fonte adapté, d’une classe de résistance D400. Nous pouvons fournir de tels couvercles pour tous les types de charges. »

« Installer le séparateur a été une entreprise complexe. »

 

Un espace exigu

Le séparateur d’hydrocarbures a été installé au début de cette année. « Et sa mise en place a été assez complexe », explique Vincent Van Damme, chef de chantier chez Mihali Wegenbouw. « Le poids n’était pas vraiment un problème, le principal défi étant la longueur, pas moins de 13 m. De plus, le rabattement de la nappe était nécessaire car les eaux souterraines étaient trop hautes. Finalement, le séparateur a été placé à une profondeur de 6 m. Un travail peu évident, notamment parce que l’espace était exigu et que nous étions coincés entre, d’une part, un bâtiment et, d’autre part, une route asphaltée. Félicitations à notre grutier et à notre contremaître d’avoir mené à bien cette opération. Et à ACO, d’avoir créé un tel séparateur sur mesure. Sur le plan organisationnel, cela a représenté un casse-tête, mais finalement tout s’est bien passé. L’ensemble du projet est maintenant terminé et nous travaillons actuellement sur les rapports de réception. »

Schéma technique du séparateur d’hydrocarbures.

 

Un projet sur mesure

Chez ACO, on est également satisfait du projet. « Offrir de la qualité et un excellent service sont nos valeurs fondamentales et je pense que nous avons pu les démontrer dans ce projet. Au moyen d’un schéma détaillé reprenant tous les éléments, les accessoires nécessaires, les couvercles… nous donnons au client une image claire, ce qui permet de garantir ensuite une bonne installation. Puisque les eaux souterraines étaient hautes, nous avons proposé d’ancrer le séparateur sur une dalle de béton coulée. Nous empêchons ainsi le séparateur de flotter lorsqu’il est vidangé. Nous avons également indiqué cet ancrage sur le schéma. En ce qui concerne le placement, la profondeur et la connexion, nous travaillons toujours en étroite collaboration avec le bureau d’études, l’entrepreneur et les autres parties concernées. Nous avons ici un excellent exemple de projet sur mesure. Et cette capacité, en plus des modèles standard que nous proposons, est un atout majeur d’ACO », conclut Rony Verbuyst.    

Texte Niels Rouvrois | Photos ACO
en savoir plus: Fluvius

Construire la Wallonie partners