Fondatel

La Fonderie Fondatel-Lecomte est installée à Seilles, près d’Andenne.

02:02
05-06-2019

Une fonderie belge joue la carte de l’innovation

L’industrie de la fonderie a connu une évolution indéniable au fil des ans et il en va naturellement de même pour la célèbre fonderie belge Fondatel-Lecomte. Depuis son rachat par le groupe Bremhove, la société joue résolument la carte de l’innovation. Un choix qui se traduit notamment par la robotisation du processus de production et par de nouveaux produits tels qu’un avaloir insonorisant.

Sur nos routes, de nombreux trappillons de chaussées, avaloirs, grilles et bouches d’égouts portent le sceau de Fondatel-Lecomte, la fonderie belge active dans notre pays depuis les années ‘50. L’entreprise familiale Fondatel, créée à Herne et devenue ensuite Fondatel-Lecomte, appartient depuis 2008 à la société Bremhove, une filiale de l’entreprise Joris Ide.

« Notre fonderie actuelle est située à Andenne », explique Philippe Dekeyser, directeur commercial de Fondatel-Lecomte. « Depuis le site de production, toutes les pièces brutes coulées partent pour notre deuxième implantation, à Seneffe, où la finition est réalisée. Notre entreprise et le secteur dans son ensemble ont subi une évolution radicale depuis la création de Fondatel. Dans les premières années, la fonte était de la fonte, point final. On ne parlait pas encore de gestionnaires d’égouts ou d’organismes de contrôle tels que COPRO. Les conditions de travail étaient également totalement différentes. Aujourd’hui, Fondatel-Lecomte est une entreprise moderne où la haute technologie prend de plus en plus d’importance. Nous devons en effet maintenir notre position de leader sur le marché. L’acquisition par Bremhove a permis à notre entreprise de prendre une nouvelle direction. »

Robotisation

Fondatel

Les robots s’occupent du meulage et du tri des pièces coulées.

 

Fondatel-Lecomte n’a pas manqué le train de l’automatisation croissante dans le secteur de la construction. Six robots travaillent actuellement à la fonderie d’Andenne. « D’une part, ces robots trient les pièces moulées et, d’autre part, ils réalisent les tâches de meulage », explique Philippe Dekeyser. « Le gain de temps est ici le motif principal. Avec le robot, le meulage est effectué deux fois plus vite que manuellement. Un ordinateur est également beaucoup plus précis que la main humaine. Autre élément important, nous économisons de ce fait beaucoup de manutention et les ouvriers ne doivent plus déplacer de pièces lourdes. »

Innovations

Outre le passage à la robotisation pour optimiser le processus de production, Fondatel-Lecomte travaille en permanence à l’amélioration de ses produits.

L’entreprise a ainsi lancé un nouvel avaloir anti-bruit et anti-vibrations, bien utile dans les lieux à forte circulation. « C’était plus qu’utile », déclare Philippe Dekeyser. « Un avaloir est fait pour se trouver au bord d’une route, pas pour supporter le poids d’un trafic intense. En raison de mesures d’économie ou pour des raisons esthétiques, les grilles sont de plus en plus souvent placées au milieu de la route, générant une pollution sonore pour les habitants proches. C’est pourquoi nous avons lancé sur le marché une grille avec un joint en caoutchouc EPDM intégré dans l’assiste, dans les renfoncements sur lesquels repose la grille. »

Fondatel

Fondatel-Lecomte lance un avaloir anti-bruit et anti-vibrations, avec un joint en caoutchouc EPDM intégré dans l’assise.

 

Autre innovation récente de Fondatel-Lecomte : Atlass, un trapillon de chaussée avec regard à hauteur variable, qui s’adapte donc parfaitement à chaque route.

Citons enfin le tout nouveau joint antibruit Silentas, en diam 700, pour les anciens trapillons normalisés. Efficace et esthétique, enfin fini le bruit des vieux tampons dans les rues !

Tekst: Liesbeth Verhulst
Beeld: Liesbeth Verhulst
en savoir plus: Fondatel , Innovations , Robotisation

Construire la Wallonie partners

Couvinhx900l_a_1-kopieren