Les premiers bâtiments construits intègrent les éléments vitaux du nouvel ensemble hospitalier. (© Hubert Ortegat, Tagetro sprl)

02:31
17-11-2020

Une mission technique d’importance au CHWAPI

Depuis 2006, le Centre Hospitalier de Wallonie Picarde, mieux connu sous l’acronyme CHWAPI, est en pleine évolution. En deux phases – la première entre 2006 et 2016, la seconde toujours en cours – les lits et les services actuellement répartis entre les différentes institutions hospitalières du Tournaisis ont été ou vont être regroupés sur un site unique. Démontage, destruction, rénovation, construction… il y en aura pour tous les goûts dans ce projet d’envergure. La société SWECO prend ici en charge une mission complète de conception et de suivi de l’exécution des installations techniques spécifiques aux différents services de l’hôpital, en ce compris les productions et distributions des utilités et énergies vers les différents bâtiments.

L’objectif du regroupement et de la modernisation est de développer une nouvelle approche de l’accueil du patient, en rapport avec l’évolution des besoins en matière d’hébergement. Les connexions entre l’hôpital, la ville et le bassin de soins ont aussi été prises en compte, comme l’expliquent les architectes d’archipelago : « l’ampleur de l’hôpital – 150 000 m² au total – et son implantation dans un quartier résidentiel, à proximité du boulevard périphérique, rendent cruciale sa relation au contexte. » Ce bâtiment du futur répond également aux conjonctures sociodémographiques, économiques et épidémiologiques à l’horizon 2045.

Les bâtiments répondent aux conjonctures sociodémographiques, économiques et épidémiologiques
à l’horizon 2045. (© Hubert Ortegat, Tagetro sprl)

Les deux phases, en détail

La première phase a débuté en 2009 avec la construction du pôle Mère-Enfant regroupant l’ensemble des services en lien avec le secteur de la naissance.  On a également construit la première partie du pôle médico-technique intégrant les éléments vitaux du nouvel ensemble : quartier opératoire, unités de soins intensifs, urgences, pharmacie, ainsi que quelques unités d’hospitalisation.

La seconde phase, toujours à l’état d’étude, portera normalement la capacité de l’établissement hospitalier à 750 lits et 170 places en hôpital de jour. On démolira certains bâtiments obsolètes, rénovera d’autres et construira la seconde partie du médico-technique, des unités de soins, des consultations, des laboratoires et des bureaux. Le regroupement des différentes institutions à Tournai sera alors totalement réalisé.

SWECO a notamment pris en charge la conception et le suivi de l’exécution des productions et distributions des utilités et énergies. (© SWECO)

Une approche durable

La mission de SWECO est d’importance puisque, comme l’explique Vincent Delforge, Business Development Manager, le bureau prend en charge la conception et le suivi de l’exécution de toutes les installations techniques d’HVAC, d’électricité (courants forts et courants faibles), sanitaires (eaux chaudes, froides, adoucies, osmosées), de fluides médicaux, d’engins de levage et de bandeaux de lits, ainsi que la gestion centralisée de l’ensemble de l’hôpital.

Mais cette mission va au-delà puisque, selon Vincent Delforge : « l’approche durable et la conservation de l’énergie sont des préoccupations fondamentales de ce projet. Nous avons calculé le LCC (life cycle cost) pour chacun des systèmes. Pour réduire les consommations et éviter les surchauffes, des calculs de simulations dynamiques ont été réalisés. Ceux-ci ont permis de trouver un optimum économique en tenant compte de l’architecture, des techniques mises en place et du niveau de confort souhaité. »

Regroupement sur un site unique des lits et des services actuellement répartis entre les différentes institutions hospitalières du Tournaisis. (© archipelago/baev)

Les défis du projet

Un projet d’une telle envergure et d’une telle durée, qui plus est dans un secteur sensible, n’a pas toujours été une partie de plaisir. « L’hôpital est situé dans une zone urbaine et densément construite, ce qui n’a pas facilité les travaux », déclare Vincent Delforge. « De plus, le site a été maintenu en activité durant toute la durée des travaux, qui ont été réalisés en plusieurs phases et sous-phases. Enfin, le site comprenait des bâtiments à démolir et à reconstruire, des bâtiments à rénover et des bâtiments à maintenir. L’étude des installations techniques devait tenir compte de ce phasage et de ce maintien d’activité. »    

Texte Michel Charlier

Construire la Wallonie partners

Bouwinfo

Fiche technique

Maîtres d’ouvrage CHWAPI

Architectes bureau archipelago/baev

Entreprise générale Entreprises Koeckelberg

Bureau d’études

installations techniques SWECO