Magazines / Nr 03 2020

Nr 03 2020

Pour la reprise, les signaux sont au vert…

Evacuons directement un malentendu. Cela ne signifie pas que nous sommes disposés à revenir à la situation d’avant la crise, cela veut dire qu’il faut au contraire profiter de cette crise pour construire un avenir meilleur et plus écologique, comme le réclament actuellement plus de 700 jeunes activistes, climatologues, syndicalistes, économistes, entrepreneurs et élus locaux, nationaux et européens de premier plan, issus des 27 États membres, avec le soutien de déjà plus d’un million de citoyens.

On voit en effet que les gouvernements sont prêts à mobiliser des centaines de milliards d’euros pour « remettre l’économie sur les rails ». Accepter de voir ces sommes inédites investies dans une réalité passéiste, serait un aveu d’échec cuisant. D’autres crises, plus violentes encore, surviendront. La crise du coronavirus n’est que la partie visible d’une crise écologique planétaire beaucoup plus profonde dont nous sommes la cause. Il faut donc agir.

En Belgique, avec le plan « Sophia », plus de 100 scientifiques et 182 entreprises de la transition écologique ont pris l’initiative de réfléchir à un plan pour ‘sortir de la crise par le haut’. Ils proposent d’enclencher immédiatement la transition vers une économie durable, pour éviter de nouvelles crises systémiques, en construisant une Belgique solidaire, prospère, résiliente et durable. Le groupe est unanime pour demander que la Belgique soutienne une mise en œuvre ambitieuse du ‘Green Deal’, la feuille de route proposée par la Commission européenne pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050.

Dans une lettre ouverte parue dans Le Soir, urbanistes et experts en mobilité déplorent avoir été laissés de côté. Ils regrettent que, dans la stratégie de sortie de crise, de nombreuses décisions soient prises sans étudier l’impact spatial. Le Covid-19 bouleverse les équilibres existants, ce qui amène la population à se comporter et à se déplacer différemment. Ce changement de paradigme mérite selon eux une gestion spatiale rapide et décisive qui permette d’éviter le chaos et donne à l’économie et à la société toutes les chances de bien redémarrer.
Certains architectes, comme Julien De Smedt, réorientent leur approche dans le but de repenser les villes à l’ère post-carbone. Et incitent leurs collègues à réfléchir de manière plus intense et plus radicale à la problématique environnementale. Pour JDS, redensifier les centres urbains passe obligatoirement par davantage de biodiversité en ville.

Bref, chacun y va de sa contribution en fonction de sa spécialité et de ses compétences. Et vous, que prônez-vous comme changement vers un monde meilleur ? Que fait concrètement votre entreprise en ce sens ? Qu’allez-vous faire personnellement dès maintenant pour que vos enfants puissent vivre une vie aussi agréable que vous l’avez vécue ? Pour qu’ils puissent encore profiter d’une bonne santé, d’espace, de nature, d’air sain, d’eau pure, de calme, de liberté, de paix … et d’amour ?

Construire ce nouveau monde, en Wallonie comme ailleurs, c’est agir maintenant.

JE VOUDRAIS UN EXEMPLAIRE DE DEMONSTRATION OU ABONNEMENT.

Je voudrais un(e):