Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures

Rencontre avec Didier Block

didier-block-copie-kopieren

1 avril 2019 Temps de lecture 5 minutes

Partager cet article

Secrétaire général de la Fédération Wallonne des Entrepreneurs de Travaux de Voirie

Après de très nombreuses années de sous-investissement en Belgique et particulièrement en Wallonie, Maxime Prévot a doté en 2016 la Wallonie d’un nouveau Plan d’investissement visant à moderniser les infrastructures routières et fluviales pour les quatre années à venir. Ce plan a mobilisé un budget inédit de 640 millions d’euros (dont 320 millions de crédits ordinaires), financé à hauteur de 320 autres millions d’euros grâce à la redevance kilométrique pour les poids lourds qui est d’application depuis le 1er avril 2016. Pour en savoir plus, nous avons rencontré Didier Block.

Pour Didier Block, ce plan d’investissement explique comment le Gouvernement wallon a décidé des travaux pour 640 millions d’euros. A la demande du Ministre wallon des Travaux publics, de la Sécurité routière et des Voies hydrauliques, le SPW a recensé les travaux à réaliser (3873 projets) pour des besoins estimés à plus de 5 milliards d’euros, du fait du manque d’investissement dans ce domaine depuis une trentaine d’années. Ces différents projets ont été classés par le SPW « en silos » en fonction des problèmes que ces projets devaient résoudre. Ensuite, le Ministre a défini ses priorités en répartissant les 640 millions d’euros disponibles entre les différents silos thématiques. Au final, c’est le SPW qui a sélectionné objectivement les projets de chantiers rencontrant les
priorités du Ministre. Citons par ordre d’importance : la sécurité & les travaux en agglomération (24 %), les revêtements (20 %), l’éclairage + ITS (17 %), les Routes de l’Emploi (13 %), les ouvrages d’art (10 %), le bruit (4 %).

Pour rappel, ce montant de 640 millions d’euros est destiné à l’entretien et à la réhabilitation des revêtements et ouvrages d’art, aux aménagements routiers de sécurité et traversées d’agglomérations, aux Routes de l’Emploi, etc.

Ces 640 millions se répartissent ainsi :

• Autoroutes : 128 millions

• Routes : 347,5 millions

• Routes de l’emploi : 89,5 millions

• Voies hydrauliques : 75 millions.

Différents acteurs ont participé à l’élaboration de ce Plan Infrastructures comme la DG01 (Direction générale opérationnelle des Routes et des Bâtiments), la DG02 (Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques) et la Sofico (Société wallonne de financement complémentaire des infrastructures). Pour rappel, cette dernière assure la gestion d’un réseau routier d’environ 2300 kilomètres (près de 900 kilomètres d’autoroutes wallonnes et 1400 kilomètres de routes régionales). Elle bénéficie dans cette tâche de l’assistance technique de la Direction générale opérationnelle Routes et Bâtiments du Service Public de Wallonie.

Depuis 2010, le réseau wallon d’autoroutes et de routes régionales stratégiques fait l’objet d’une rénovation en profondeur, après des années de sous-investissement. Au total, en 2020, ce seront plus de 2 milliards qui auront été investis en 10 ans pour offrir aux Wallons des routes de qualité. Cette augmentation de moyens a notamment été réalisée grâce à la redevance kilométrique des poids lourds. Cet effort est appelé à se poursuivre pour permettre de tendre au maximum à un entretien préventif du réseau.  

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Olivia Castelein

Chef D’édition

Envie de découvrir nos formules de partenariat ? Je serais heureuse d'en parler avec vous.

0%

    Envoie-nous un message