Benoît Moritz, Architecte – Urbaniste (MSA) Membre de l’Académie Royale de Belgique Professeur ordinaire à l’Université Libre de Bruxelles

02:21
18-02-2020

Carte Blanche | Un bouwmeester pour la Wallonie

Surprise de l’été, la Déclaration de Politique Régionale du Gouvernement wallon mentionne dans son chapitre consacré au développement du territoire la création d’un maître-architecte wallon … mais dans le fond, de quoi s’agit-il ?

L’autonomie des régions belges en matière d’urbanisme a amené les autorités flamandes à créer la fonction de bouwmeester de Région dès 1999.  Il s’agissait alors de transposer dans le contexte flamand le rôle d’architecte-coordinateur des bâtiments de l’État (« Rijksbouwmeester ») tel qu’il existait aux Pays-Bas depuis bien longtemps (1806 !).

Cette fonction, initialement créée en vue d’accompagner la Région flamande dans la mise en place de projets architecturaux de qualité, répondait également à un besoin d’assistance des pouvoirs publics locaux dans l’implémentation, au niveau de la commande en architecture, de la loi sur les marchés publics de 1993.  Dès sa création, le choix fut fait de confier la fonction à des personnalités éminentes dans le monde flamand de l’architecture et de l’urbanisme, et ce pour un mandat déterminé de cinq ans.

A travers la création de cette fonction, la Région flamande s’était dotée d’un outil unique permettant de développer une architecture contemporaine de qualité qui sera, très rapidement, politiquement associée à la consolidation du fait régional flamand.

En 2009, c’est au tour de la Région de Bruxelles-Capitale de se doter d’un bouwmeester régional en la personne d’Olivier Bastin (e.a. architecte du Théâtre National, du Musée de la Photographie, etc). Son mandat d’une durée de 5 ans s’est achevé en 2014. Kristiaan Borret lui a succédé. Son mandat court jusqu’à la fin de cette année, et une nouvelle procédure de désignation est actuellement en cours.

En Wallonie, malgré des débats et discussions qui émergent de façon régulière à son sujet, cette fonction n’existe tout simplement pas. La fonction dite de
« bouwmeester de ville » existe à Charleroi et est aujourd’hui en discussion à la Ville de Liège. Elle est néanmoins de nature différente de la fonction de bouwmeester régional, qui est la garant de la qualité spatiale des projets d’architecture et d’aménagement à l’échelle du territoire wallon dans son entièreté !

Exactement vingt ans après la Flandre, l’annonce en 2019 par le Gouvernement wallon de la création de la fonction de bouwmeester pour la Région wallonne est un signe positif et annonciateur d’évolution des mentalités.

Les besoins en Région wallonne sont identiques à ceux qui ont été identifiés dans les deux autres régions du pays, et il n’existe à ce jour aucune institution en charge pour les rencontrer :

• travailler en amont des projets régionaux d’architecture, dans l’accompagnement de la définition et de l’ambition des programmes ;

• au niveau local, stimuler l’organisation adéquate des marchés publics, permettant de faire émerger une architecture contemporaine de qualité sur l’ensemble du territoire;

• fonctionner comme une plateforme de réflexion sur les enjeux de l’architecture et de l’aménagement du territoire, en particulier au regard des défis climatiques et environnementaux.

Comment cette nouvelle fonction pourrait être implémentée?

En 2016, dans le cadre de la mise en place d’une « Politique wallonne de la Ville », un travail mené par la DGO4 avait permis d’identifier la Cellule Architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles comme entité dont la mission pourrait évoluer vers celui d’un service accompagnant le travail d’un bouwmeester wallon.  Cette cellule dispose en effet d’une expérience reconnue en la matière et pourrait évoluer à l’avenir vers une cellule au service de la Région wallonne.

Une fois cet acquis posé, l’enjeu principal consisterait alors en la désignation d’un bouwmeester wallon. Or l’on sait qu’en Wallonie les sous-localismes et le corporatisme de la profession (d’architecte) sont forcément très structurants.

Qui donc pour incarner cette nouvelle fonction ?

Le processus de désignation et son objectivité seront à cet égard des facteurs déterminants.    

Construire la Wallonie partners