Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Nouvelles

« La protection solaire devrait être la première solution dans la lutte contre la surchauffe des bâtiments. »

RENSON_Fixscreen-Solar_05b
Il existe même des screens solaires fonctionnant à l’énergie.. solaire (Photo : Renson).

Texte | Philippe Selke

22 juin 2022 Temps de lecture 7 minutes

Partager cet article

C’est du moins l’avis de ES-SO, l’organisation qui chapeaute l’industrie européenne de la protection solaire. Elle se base pour cela sur les conclusions d’une étude scientifique menée par Guidehouse, la première à comparer l’impact de la protection solaire avec l’utilisation de la climatisation dans les bâtiments. 

L’utilisation de protections solaires pourrait en effet réduire la consommation d’énergie pour le refroidissement des locaux dans les bâtiments européens jusqu’à 60% d’ici 2050. Elle permettrait d’éviter l’émission de 100 millions de tonnes de CO2 et d’économiser 285 milliards d’euros. 

En 2018, un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), intitulé « The Future of Cooling », avait averti les décideurs politiques que les systèmes de climatisation sont les équipements consommateurs d’énergie qui connaissent la plus forte croissance dans les bâtiments en Europe et dans le monde. Selon l’AIE, la climatisation est en train de devenir l’un des principaux moteurs de la demande mondiale d’électricité.

L’étude menée par Guidehouse a analysé l’impact de la protection solaire par rapport à l’utilisation de la climatisation dans les bâtiments. (Photo : ES-SO)

Protection solaire vs. climatisation

Le changement climatique va de pair avec des températures plus élevées et des canicules plus longues et plus intenses. On estime que les bâtiments nécessitant une climatisation vont augmenter de 60%. Dans son étude, Guidehouse, qui conseille les marchés publics et commerciaux du monde entier, a analysé l’impact de la protection solaire par rapport à l’utilisation de la climatisation dans les bâtiments.

Les simulations et les différents scénarios sont assez clairs : si la protection solaire est utilisée comme première mesure avant le refroidissement actif (scénario préféré), nous devrions être en mesure d’arrêter la croissance des bâtiments nécessitant une climatisation d’ici 2050.

Reynaers Aluminium et Renson se sont récemment associés pour proposer une solution globale alliant mur-rideau et protection solaire. (Photo : Reynaers Aluminium)

Combattre la surchauffe dans les bâtiments

En tant qu’organisation, l’ES-SO est convaincue que la protection solaire automatisée est la meilleure défense contre le changement climatique et pourrait faire partie de la solution structurelle. Sur la base des résultats de l’étude Guidehouse, l’ES-SO demande instamment aux décideurs politiques de l’UE de rendre la protection solaire obligatoire dans le cadre de la directive DPEB, en tant que première solution – avant l’utilisation du refroidissement actif, tel que la climatisation – dans la lutte contre la surchauffe. 

L’ES-SO demande également que la protection solaire soit incluse dans l’article 2, point 3 de la DPEB comme un système technique de construction, au même titre que les systèmes de refroidissement et de chauffage. Et que la protection solaire automatisée soit pleinement reconnue comme un système obligatoire d’automatisation et de contrôle des bâtiments dans l’article 8 de la DPEB. Le système de contrôle permet le fonctionnement optimisé des dispositifs de protection solaire automatisés et assure la réduction de la demande de refroidissement et de chauffage des locaux.

« Nous devons de toute urgence envisager l’utilisation de protections solaires automatisées pour rendre les bâtiments plus résilients face au climat. » (Photo : ES-SO)

Impact positif de la protection solaire 

Les résultats de l’étude Guidehouse montrent que la protection solaire automatisée a un impact positif certain, et ce non seulement sur la planète, mais aussi sur la société et les personnes.

Shady Attia, professeur en architecture durable et en technologie du bâtiment à l’université de Liège, affirme que la protection solaire pourrait potentiellement apporter une énorme contribution au Green Deal européen. « Aujourd’hui, moins de 50% des bâtiments sont équipés de protections solaires, et une grande partie de celles-ci ne sont pas automatisées. Les résultats de l’étude Guidehouse confirment ma conviction que la protection solaire est une bien meilleure solution que la climatisation pour notre planète, et que nous devons de toute urgence envisager l’utilisation de protections solaires automatisées pour rendre les bâtiments plus résilients face au climat et plus efficaces sur le plan énergétique. »    

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

Contact

Olivia Castelein

Chef D’édition

Envie de découvrir nos formules de partenariat ? Je serais heureuse d'en parler avec vous.

0%

    Envoie-nous un message