Plateforme pour le bâtiment, le génie civil et les infrastructures
Projets

Quatuor Brussels : la fluidité d’un ensemble de quatre tours

Quatuor_copyright Jaspers-Eyers Architects_03 kopiëren
Le fait que le Quatuor soit perçu comme un point de repère élégant et homogène est certainement aussi dû à la conception sophistiquée de sa façade.

Texte | Tim Janssens

Photos | Jaspers-Eyers Architects

14 juillet 2021 Temps de lecture 22 minutes

Partager cet article

L’imposant complexe se compose de quatre volumes-tours de hauteurs différentes (de cinq à dix-huit étages), qui sont réunis par un socle transparent pour former un ensemble fluide et élégant. Les grandes ambitions en matière de durabilité ont abouti à une conception remarquable selon la norme BREEAM et à une empreinte écologique minimale. Avec la date de livraison en vue, il est grand temps de s’intéresser de plus près à ce projet de prestige !

Au cours des trois dernières décennies, des immeu­bles de bureaux à l’allure architecturale ont poussé comme des champignons dans le Quar­tier Nord de Bruxelles. L’ancien « Noordbuilding »  –  que les Flamands appelaient familièrement « de Schans » (la rampe de saut à ski)  –  a marqué de son em­preinte l’horizon de notre capi­tale pen­dant près de trente ans. Le pavillon d’entrée semi-circulaire avec son toit en verre incliné a notam­ment laissé une impres­sion indélébile. Lorsque le bail avec le Gouverne­ment fla­mand a expiré et que celui-ci a décidé de déménager ses fonction­naires vers le tout nouveau bâtiment Herman Teirlinck, le propriétaire Befimmo a été confronté à un choix difficile. Le Noordbuilding ne répondait plus aux exigences contemporaines et devait donc être rénové de toute urgence. Une rénovation et une transformation majeures s’étant avérées impossibles, Befimmo a décidé de démolir le célèbre « Schans » pour le remplacer par un nouveau bâtiment tout aussi emblématique.

« La priorité numéro un était une meilleure intégration dans le tissu urbain, afin de créer une transition organique entre le Quartier Nord et le centre historique », explique John Eyers.

Intégration optimale dans le tissu urbain

Une fois cette difficile question tranchée, et le choix d’un nouveau bâtiment finalisé, Befimmo s’est tourné vers Jaspers-Eyers Architects. Une déci­sion logique, étant donné que le bureau renommé avait également conçu le Noordbuilding et une foule d’autres complexes de bureaux dans le Quartier Nord bruxellois. C’est ainsi qu’est né Quatuor, un remarquable développement urbain basé sur une conception novatrice.    “

« La priorité numéro un était une meilleure inté­gration dans le tissu urbain, afin de créer une transi­tion organique entre deux quartiers voisins, mais très diffé­rents : le Quartier Nord d’une part, et le centre historique d’autre part », explique John Eyers, CEO de Jaspers-Eyers Architects avec Jean-Michel Jaspers. « Comme le nom du projet le suggère, l’immeuble Quatuor se compose de quatre tours compactes de différentes hauteurs : le bloc A compte cinq étages (8031 m²), le bloc B neuf étages (11 744 m²), le bloc C quatorze étages (18 742 m²) et le bloc D dix-huit étages (22 717 m²). La hauteur des tours est adaptée aux caractéristiques de l’environnement. Les volumes les plus hauts font le lien avec les immeubles de bureaux voisins le long de l’avenue Albert II et du Ring intérieur, tandis que les tours plus basses cherchent à se connecter aux plus petits développements résidentiels du côté du centre-ville. Tous reposent sur une base commune de quatre étages, ce qui crée un ensemble cohérent. »  “

L’unité dans la diversité

Le fait que le Quatuor soit perçu comme un point de repère élégant et homogène est certainement aussi dû à la conception sophistiquée de sa façade. Jean-Michel Jaspers : « Befimmo rêvait d’une architecture organique avec des angles arrondis et des toits en pente. Les tours ont une forme complexe, combinant triangles et ellipses. Il en résulte des façades courbes dont l’aspect et l’expression varient en fonction de l’angle d’approche. Seul le côté rue, où se trouvent l’entrée et la sortie du parking souterrain, présente une façade droite. Du point de vue de la conception, il n’était pas évident d’aligner tous les volumes géométriquement, mais nos efforts ont porté leurs fruits, car dans la pratique, le caractère fluide est très joliment exprimé. Associé à la hauteur variable des tours et à la finition uniforme des façades en pierre naturelle gris-beige, ce langage visuel spécifique crée une certaine unité dans la diversité. Le caractère relativement massif des façades se démarque également de la plupart des tours de bureaux du Quartier Nord, qui sont essentiellement habillées de verre. Avec son architecture fermée, Quatuor s’intègre mieux aux développements résidentiels de la partie intérieure du Petit Ring. De plus, la nuit, le bâtiment prend un aspect complètement différent de celui de la journée, grâce à un éclairage soigneusement choisi. » 

Photo: Wolftech

Espace public intérieur

Quatuor abrite non seulement 60 000 m² de bureaux, spécifiquement conçus en fonction des souhaits et des exigences des locataires (des plateaux ouverts aux petits espaces de coworking), mais aussi 300 places de stationnement pour vélos, un parking souterrain pour 314 voitures et environ 2500 m² d’espaces commerciaux au rez-de-chaussée (boutiques, espaces HoReCa, banque, etc.). Ces derniers sont logés dans un socle transparent à double hauteur qui entoure un jardin intérieur ouvert au public. Gilles Bollens, architecte de projet : « Les façades sont quelque peu repliées vers l’intérieur, de sorte qu’en tant que visiteur, vous êtes automatiquement conduit vers la zone intérieure accessible au public. D’autre part, les nombreuses vues constituent également une importante valeur ajoutée. Grâce aux perspectives diagonales entre les volumes, les utilisateurs du bâtiment ne se retrouvent jamais dans un espace fermé. Les tours semblent flotter au-dessus de la base et confèrent ainsi une certaine légèreté qui vient compenser la taille imposante du projet et l’architecture massive et solide de la façade. L’attention portée à la création de perspectives spécifiques, l’intégration de l’espace public et l’insertion optimale dans le contexte font que Quatuor s’intègre parfaitement au tissu urbain existant. »  “

Flexibilité spatiale

La durabilité était également un aspect crucial dans ce projet de prestige. « Et cela a commencé par la structure. Tous les niveaux de plancher ont été réalisés selon le principe ‘flat slab’, ce qui signifie que la flexibilité spatiale et le potentiel de transformation sont beaucoup plus importants que dans des bâtiments préfabriqués traditionnels », explique Gilles Bollens. « La structure porteuse est constituée de dalles de plancher coulées sur place et de colonnes », ajoute Fabian Sinapi, chef de projet chez BESIX. « Les dalles de plancher étant relativement fines (25 centimètres seulement), nous avons utilisé beaucoup de béton post-contraint. L’ampleur du projet parle d’elle-même. Pour la réalisation de Quatuor, pas moins de 36 000 m³ de béton, 145 000 m² de coffrages, 2000 m² de prémurs, 3000 tonnes d’acier (passif) et 335 tonnes d’acier post-contraint ont été nécessaires. En outre, le rythme de la construction a été très rapide et la réalisation simultanée des quatre tours a posé d’évidents défis logistiques. Le projet a été quelque peu retardé par la pandémie et par des problèmes imprévus avec le sous-sol et les fondations de l’ancien bâtiment, mais à part cela, le processus de construction s’est extrêmement bien déroulé et nous sommes en bonne voie pour livrer le complexe Quatuor à la fin du mois d’août ! »

Des cellules solaires décoratives ont été intégrées dans les ailettes verticales sur les façades sud, ouest et est.

Empreinte écologique minimale

De nombreux efforts ont été déployés pour minimiser l’empreinte écologique du projet Quatuor. Il n’est donc pas surprenant que le projet de Jaspers-Eyers Architects ait reçu un certificat BREEAM Outstanding. « Presque tous les matériaux utilisés sont recyclables et/ou génèrent un minimum d’émissions de CO2 pendant la produc­tion et le transport. À l’exception de quel­ques éléments en acier inoxydable et en aluminium, les façades sont entièrement revêtues de pierre naturelle locale, ancrée à une structure en aluminium. La menuiserie en aluminium thermolaqué est dotée de triple vitrage », explique Fabian Sinapi. « En matière de techniques spéciales, rien n’a été laissé au hasard », affirme Gilles Bollens. « Par exemple, plus de 1400 panneaux solaires ont été installés sur les toits et nous avons intégré des cellules solaires décoratives dans les façades sud, ouest et est, sous la forme d’ailettes verticales. En outre, ces ailettes renforcent la volu­métrie et contribuent à l’esthétique géné­rale. Des installa­tions géo­thermiques assurent le chauffage et le refroidissement. Il convient égale­ment de mentionner le système de récupération des eaux de pluie et les jardins en toiture situés sur le socle entre les volumes. Enfin, 30 % des places de stationnement souterrain sont équipées d’une borne de recharge pour véhicules électriques. Tout cela fait de Quatuor un véritable projet exemplaire. Bien que le bâtiment ne soit pas encore totalement achevé, le résultat est déjà magnifique ! »   

Wolftech – Coffrages auto-grimpants
Construire quatre tours de hauteurs différentes au cœur de Bruxelles n’a pas été une mince affaire. Afin de réaliser en béton les cages d’ascenseurs et d’escaliers, les structures les plus élevés de l’ensemble Quatuor, des coffrages « auto-grimpants Wolftech » ont été utilisés. « Nous avons été à l’œuvre sur ce gigantesque chantier de juin 2018 à début 2020. Compte tenu de l’ampleur du projet, une énorme quantité de matériel a dû être utilisée. Comme les bâtiments occupent la quasi-totalité du site, l’espace de stockage était extrêmement limité et compliqué. Organiser le flux logistique constituait donc un véritable défi, explique Thierry Van Brakel, conseiller technique chez Wolftech. Les cages d’ascenseurs et d’escaliers des tours les plus hautes ont été construites à l’aide de coffrages « auto-grimpants » installés sur les faces extérieures des structures. Contrairement aux coffrages grimpants traditionnels, les coffrages auto-grimpants ne nécessitent pas l’intervention d’une grue. Grâce à un système hydraulique, ils s’élèvent d’étage en étage (tous les 8 jours). Pour les tours C et D, les deux structures les plus élevées avec respectivement 14 et 18 étages, environ 1000 m² de coffrages ont été nécessaires par tour. Quant aux tours A et B (5 et 9 étages), leurs noyaux ont été réalisés pour les trois quarts en préfabriqué, et le solde en béton coulé sur place. 

Important : environ 80 % des coffrages utilisés étaient modulaires. Ces cadres sont réutilisés après nettoyage et remplacement éven­tuel de la peau de coffrage. Les 20 % restants ont été spécia­le­ment assemblés pour cet ouvrage. Une fois les travaux achevés, les cadres métalliques, tout comme les poutres en bois (labellisé PEFC), sont récupérés pour être réemployés sur d’autres chantiers. »   

dormakaba Belgium – portes ­carrousels, portes ­automatiques coulissantes et ferrures pour portes coupe-feu

Cinq portes carrousels en verre, 74 portes automatiques coulissantes, des ferrures pour grandes portes coupe-feu et d’autres solutions d’accès qui pourraient encore s’ajouter à la liste : dormakaba, créée en 2015 par la fusion entre Dorma et Kaba, a été et est encore fort occupée avec le projet Quatuor. 

« L’accent est mis sur la lumière naturelle et la transparence, c’est pourquoi les portes carrousel de 3 mètres de haut et les portes automatiques coulissantes sont entièrement en verre », explique Antony Vandeplas. « Comme les portes carrousels font partie de la zone d’entrée, elles sont anti-effraction (conformément à la réglementation WK 2 en vigueur) et contribuent à l’efficacité énergétique globale (elles empêchent la chaleur et le froid d’entrer et de sortir, et réduisent les courants d’air). En menuiserie intérieure, l’entraînement et la ferrure des portes automatiques coulissantes sont soigneusement dissimulés dans le plafond. Et un certain nombre de grandes portes coupe-feu manuelles ont été équipées à la fois d’un pivot de sol (BTS) et d’un pivot linteau (RTS 85) pour les faire fonctionner confortablement et les fermer de manière fiable. » 

« Il va sans dire qu’un projet emblématique BREEAM Outstanding au cœur de Bruxelles constitue une splendide référence, d’autant plus que nous pouvons appliquer des solutions issues de différents segments de produits et collaborer avec un maître d’ouvrage, un architecte et un entrepreneur général de renom. Quatuor s’inscrit parfaitement dans notre liste de réalisations prestigieuses telles que le nouveau siège social de BNP Paribas Fortis, la Gare du Nord, le bâtiment Diamant et le siège social de AG Insurance à Bruxelles, ZNA Cadix à Anvers, CHC MontLégia à Liège, etc. Nous développons, fournissons et installons non seulement différents types de portes automatiques, mais aussi des cloisons mobiles, des obstacles physiques et un contrôle d’accès basé dans le cloud (exivo), et ce en interne ou via des partenaires spécialisés. Par l’intermédiaire de négociants spécialisés, nous fournissons également de la quincaillerie (ferme-porte, serrures à cylindre, etc.) aux menuisiers et aux installateurs. »

Fiche technique

Maître d’ouvrage
Befimmo (Bruxelles)

Architecte
Jaspers-Eyers Architects (Bruxelles, Louvain, Hasselt)

Entreprise générale
BESIX (Bruxelles)

Newsletter

S'inscrire pour recevoir les dernières actualités

louwers mediagroep
  • Bouwmat

    Bouwmat

    Plateforme sur les équipements de construction et les machines de construction

    Site web
0%