Afin d’assécher la tranchée pour le collecteur à la profondeur voulue, il nous fallait placer les filtres jusque dans la roche.

01:23
26-09-2019

Une entreprise de rabattement contribue aux travaux d’égouttage à Chièvres

Pour le compte d’Ipalle, la société TRBA de Péruwelz réalise actuellement des travaux d’égouttage à Chièvres. Les travaux consistent principalement en la pose de 6000 mètres de collecteurs et en la construction de deux stations de pompage. Pour le rabattement, TRBA a fait appel à la société G. Smeyers de Zandhoven, avec laquelle elle travaille depuis des années.

« Il s’agissait de poser le collecteur à une profondeur de 3 à 7 mètres sous le niveau du sol, et ce dans un sous-sol assez sensible au tassement », explique René Lambrechts, gérant de G. Smeyers. « Jusqu’à 4 mètres de profondeur, le terrain est composé de loam sablonneux, suivi d’une couche d’environ deux mètres de sable graveleux. Entre 6 et 10 mètres, nous étions confrontés à de la roche érodée. La nappe phréatique se trouvait à faible profondeur. »

« Afin d’assécher la tranchée pour le collecteur à la profondeur voulue, il nous fallait placer les filtres jusque dans la roche. Là où la nappe phréatique devait être rabattue à plus de 4 mètres de profondeur, l’entrepreneur général a procédé à une excavation préalable au placement des filtres jusqu’à 4 mètres au-dessus du niveau d’excavation final. »

Pour la pose des filtres dans un sous-sol de cette nature, G. Smeyers dispose d’une machine hydraulique spécialement équipée (tophammer).

 

Aucun problème significatif

Pour la pose des filtres dans un sous-sol de cette nature, G. Smeyers dispose d’une machine hydraulique spécialement équipée (tophammer). « Cette foreuse permet de forer des trous jusqu’au sommet de la roche et d’y insérer les filtres à travers le fleuret. Après le placement des filtres, ceux-ci ont été raccordés via des cannes à des pompes aspirantes d’une capacité de 65 m³/heure. Grâce à ce dispositif, les tranchées d’égouttage ont jusqu’à présent pu être asséchées sans rencontrer de problème significatif. »

Etant donné la sensibilité au tassement du sous-sol, il a fallu prendre des mesures complémentaires à hauteur du bâti existant afin de limiter l’impact du rabattement au strict minimum et ainsi éviter tout dommage aux habitations. « Les pompes aspirantes ont par conséquent été équipée d’une gestion automatique de sorte qu’elles se coupent et redémarrent en fonction de niveaux préalablement définis pour la baisse et la montée de la nappe phréatique », conclut René Lambrechts. 

Tekst: Wouter Polspoel
Beeld: G. Smeyers
Lees meer over: G. Smeyers , TRBA

Construire la Wallonie partners