01:53
07-11-2019

Universalis Park, Bruxelles | Universalis Park : la première phase d’un nouveau développement immobilier

Fin septembre 2018, après deux ans de travaux, trois immeubles sont sortis de terre sur le site de la Plaine à Ixelles, à proximité de l’ULB et de la VUB. Avec leurs 161 appartements, 2 commerces et une crèche, ces trois immeubles constituent la première phase du projet Universalis Park. C’est l’association momentanée Louis De Waele – Thomas&Piron Bâtiment qui s’est chargée de la construction de ces immeubles, dont tous les appartements ont déjà trouvé acquéreur.

Situé en bordure du boulevard du Triomphe, le projet se trouve à proximité immédiate de différents moyens de communication. Construit autour d’un parc verdoyant de 2ha, il prévoit une grande diversité d’affectations parmi lesquelles des logements, des commerces, une crèche, une résidence pour personnes âgées, et peut-être des bureaux et un hôtel. Les habitants pourront profiter d’un nouveau quartier calme (circulation locale), vivre dans un écrin de verdure, tout en profitant de toutes les facilités à proximité et en pouvant accéder rapidement au centre-ville de Bruxelles. Le projet propose une grande variété d’appartements, depuis le studio jusqu’à l’appartement 3 chambres : la plupart des appartements disposent d’une grande terrasse avec vue sur le parc.

Cette première phase comprend trois bâtiments de taille moyenne (de R+ 5 à R+7). Les deux premiers, composés respectivement de 52 et de 78 appartements, sont contigus et possèdent un socle et un sous-sol communs, avec des parkings sur deux niveaux (R-1 et R-2). Le troisième, composé de 31 appartements,  a son propre sous-sol, sur un seul niveau.

Construction classique, mais diversité des façades

« La construction est classique, en béton et en silico-calcaire », explique Philippe Gaudisaubois, directeur de projet chez Louis De Waele. « Par contre, les revêtements de façade sont très diversifiés. Nous avons en effet des briques collées, des panneaux Eternit, du crépi sur isolant et des plaques de zinc avec joint debout. » Les immeubles sont pourvus de châssis double vitrage en bois, d’un système de ventilation à double flux individuel et d’un chauffage central avec une seule chaudière au gaz pour les trois bâtiments. Ceux-ci sont bordés de jardins privatifs et couverts d’une toiture plate verte. Quant aux balcons extérieurs, ils sont métalliques et revêtus de bois exotique.

Un chantier classique, mais avec un défi de taille

A priori donc, pas trop de difficultés pour ce chantier qui a duré 25 mois. Mais la diversité des façades et les nombreux balcons ont constitué un fameux challenge pour l’entrepreneur. Philippe Gaudisaubois : « Les raccords entre les différents revêtements, mettant en œuvre différents matériaux (zinc, crépi, briques, panneaux…) n’ont pas été évidents à réaliser. Il a également fallu gérer les interactions avec la mise en place des balcons métalliques. Des pattes d’ancrage ont dû être rapidement posées sur le gros-œuvre, puis les revêtements de façades ont été posés et les balcons ont ensuite pu être installés. »

Une fois que les permis de bâtir auront été octroyés, la construction des autres phases pourra démarrer. Les immeubles se verront sans nul doute rapidement occupés, faisant d’Universalis Park un endroit vivant, parfaitement intégré dans la ville.  

Tekst: Michel Charlier
Beeld: Georges De Kinder
Informations sur le projet

Entreprise Coene  – Un projet dont on peut être fier

C’est l’entreprise Coene qui a fabriqué sur mesure et posé toutes les menuiseries extérieures des trois immeubles de l’Universalis Park. « Les châssis sont en bois nouvelle génération ultra performant. Nous en avons placé presque 800 », explique Florent Durlet en charge du projet au sein de la menuiserie.

Le chantier s’est déroulé sans difficulté majeure, l’entreprise générale ayant bien anticipé les problèmes. Florent Durlet : « Le gros challenge pour un chantier de cette taille est le planning à respecter, avec une synergie nécessaire de tous les corps de métier qui travaillent parfois simultanément, parfois en se suivant. » Un exemple ? « La finition de façade doit se faire dans un ordre précis et dans un délai parfois très court. Si l’un des différents intervenants prend du retard, tous les autres sont impactés et parfois de plusieurs semaines ! »

Tous les châssis ont été réalisés sur plan afin de gagner du temps. Un bon partenariat avec l’entrepreneur général et les autres sous-traitants est donc nécessaire. Et, « lorsqu’on voit le résultat final, on est content d’avoir apporté sa pierre à l’édifice et on peut être fier », conclut Florent Durlet.

Construire la Wallonie partners

Bouwinfo

Maîtres d’ouvrage Immobel – Thomas & Piron

Architecte Art & Build

Entreprises générales AM Louis De Waele – Thomas & Piron Bâtiment